AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
TRÔNE
Emploi : Animateur radio (Responsable du réseau de communication terroriste) / Contrebandier

MessageSujet: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Dim Nov 03 2013, 20:15

Keisuke ne voyait pas ce qu'il faisait là, enfermé dans cette salle d'interrogatoire. Enfin si au fond de lui il voyait très bien. Il est celui qui s'occupe du réseau de communication des terroristes, il est aussi celui qui réceptionne les armes, les munitions et autre matériel provenant des pays alliés. Mais s'il ne comprenait pas c'est parce qu'il estimait n'avoir fait aucune erreur. La dernière réception d'armes s'était déroulée sans problèmes. Sans problème, ce qui veut dire que personne ne s'était fait arrêté. La brigade ne devait même pas avoir eu vent de ce trafic. La marchandise était maintenant dans les mains des trafiquants et aucuns d'eux n'avaient signalé quoi que se soit. Il ne pouvait pas y avoir d'erreur. Alors lorsqu'un agent de la brigade est venu l'arrêter pour l'emmener au quartier général pour un interrogatoire, il se montra le plus coopératif possible.
Quand Keisuke fût arrêté il venait tout juste de finir les cours. D'un côté ça tombait au bon moment parce qu'il était persuadé que la brigade n'avait pas suffisamment de preuves pour le garder trop longtemps. Mais bon après tout il ne pouvait pas en être totalement sûr. Ils avaient quand même trouvé où il étudiait et ce n'était pas bon signe. Comment ils étaient remonté à lui l'inquiétait un peu. Pourtant la première chose à laquelle il avait pensé c'était à son émission. Ce soir il devait passer un message important car les terroristes préparaient un nouveau coup. Lui qui a pour habitude d'anticiper tout ce qu'il peut pour ne pas être en position de faiblesse il eut rapidement un instant de lucidité après l'effet de surprise. Le japonais parvint à prévenir quelqu'un de l'organisation par message, que tout ne se passerait pas comme prévu à la radio. Son côté coopératif, qui n'a rien à se reproché mélangé à son art de la parole lui permirent d'obtenir ce qu'il voulait de l'agent. L'agent s'était bien fait avoir quelques minutes car il baissa sa garde dans la surveillance de Keisuke. Quelques minutes suffisantes pour que le blond lance l'alerte. C'est donc l'air serein qu'il suivit le brigadier jusqu'à la salle d'interrogatoire où il se trouvait.

D'ailleurs il était la depuis un bon moment déjà. Si c'était pour qu'il panique il en fallait beaucoup plus. Il se contentait de regarder la pièce détail par détail. Son regard s'arrêta sur la caméra installée dans un coin du plafond. Amusé il esquissa un léger sourire. Il se demanda si quelqu'un l'observait. Peut être que c'était parce qu'il était en train de se faire analyser que personne ne venait l'interroger. Il avait souvent entendu dire que lorsque les preuves étaient trop peu nombreuses, les interrogés étaient gardés 24h. Mais était-ce vraiment vrai ? A vrai dire il ne connaissait rien des méthodes d'interrogatoire. Tout ce qu'il savait  c'est parce grâce aux informations entendus ici et là d'anciens interrogés. Il restait prudent et préférait ne pas trop s'y fier.
Cette fois son regard perçant se posa sur le mur face à lui. Paraît qu'il y a une vitre teintée pour observer l'interrogatoire sans être vu. Encore une supposition. Si quelqu'un l'observait on pouvait voir en lui un homme tout à fait calme et sûr de lui. Il se tenait droit et attendait patiemment que quelqu'un vienne. Le blond se recoiffa rapidement et posa ses coudes sur la table devant lui. Ses mains se rejoignirent et il vint poser sa tête sur ces dernières. Et c'est quelques minutes après qu'il entendit la porte s'ouvrir. Toujours les coudes sur la table il tourna la tête vers l'agent. C'était une femme qu'ils envoyaient pour l'interroger. Il bougea pour s'étirer, tout en suivant du coin de l’œil chacun de ses mouvements jusqu'à ce qu'elle soit face à lui. Il mit ses mains dans les poches de sa veste. Keisuke affichait un air serein. Pas de panique. Il resta silencieux, il attendait juste qu'elle parle.


I'm still fly
I'm sky high
And I dare
anybody to try
cut my wings


Dernière édition par Honda Keisuke le Ven Jan 10 2014, 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Lun Nov 11 2013, 04:12

Soo Mee resta un moment à regarder le dossier qui se tenait sur son bureau. Il était maigre, trop maigre, mais elle était sûre de tenir quelque chose. Sûre et certaine même. C’était comme avec Im Noah, elle l’avait longtemps soupçonné de pencher dans le trafic d’armes et de drogues et au final, après l’avoir retrouvé mort, assassiné sans aucun doute dans un hangar, elle avait pu découvrir tout le trafic. Son instinct ne l’avait finalement pas trompé. Et là, dans le cas présent, elle était sûre qu’il ne lui faisait pas défaut non plus. Il y a quelques temps, elle était tombée sur une radio libre lors d’écoutes faites pour tomber sur des conversations terroristes. Elle était restée un moment dessus après être tombée un flash spécial qui avait été très étrange, tout d’abord, parce qu’il était incompréhensible. Même en retournant le message dans toutes les langues recensées et utilisées par les terroristes, elle n’avait pas trouvé la signification. Elle avait gardé la station de radio sous la main et elle avait bien fait selon elle. Elle avait obtenu récemment des informations de deux personnes qui appartenaient sans aucun doute à deux réseaux différents, mais pourtant bien liés par le terrorisme et ils lui avaient donné des informations qui coordonnaient. Abordant un réseau d’information pour les terroristes, ils avaient tout d’abord parlés confusément d’une station de radio libre tenu par un étudiant étranger, avant de se taire, se murant dans le silence, comme s’ils en avaient trop dit. Manque de pot, ça aurait pu tomber inaperçue dans les oreilles de quelqu’un d’autres, mais elle, elle était tombée sur une station de radio libre, dont les nombreux flashs spéciaux lui semblaient étranges. Des messages cachés peut-être alors ?  

Elle avait alors fait des recherches sur l’animateur de cette radio, un étudiant japonais, ce qui coordonnait avec les informations. Bien que cela soit assez maigre pour inculper quelqu’un, elle avait le droit de le faire venir dans les locaux de la brigade, le soumettant à un interrogatoire. Et là, elle venait d’apprendre qu’il avait été emmené dans une des salles. Elle remercia l’agent qui s’en était occupée et sortie de son bureau pour rejoindre les ascenseurs. Dans l’un de ceux-ci, elle pria pour qu’il ne soit pas comme Noah, elle en avait vu des vertes et des pas mûres avec lui, et c’est vrai que d’apparence, elle n’impressionnait pas grand monde. Soupirant, dossier dans la main, elle s’arrêta devant la porte où se trouvait l’agent et le salua avant de rentrer dans la pièce directement. Elle savait que personne n’était derrière la glace, que personne ne regardait les enregistrements. Les captures conséquentes étaient tellement rares ces temps-ci, c’est à croire que tout le monde se décourageaient de trouver des pistes conséquentes. Elle s’assit en face du jeune homme qui semblait serein, pas effrayé pour un sous, aucune panique ne se lisant dans son regard. Bon sang, elle n’avait vraiment pas de chance, elle espérait que dans ses réponses, il serait un peu moins provocateur et surtout charmeur comme l’avait été les dernières personnes qu’elle avait interrogées. À croire qu’ils se concertaient tous pour employer la même attitude face à elle. Soo Mee le regarda un moment sans rien dire avant de finalement ouvrir son dossier, posant ses avant-bras sur la table. « Bonjour Mr Honda, je suis le capitaine Baek Soo Mee de la brigade anti-terrorisme. Je suppose que vous devez vous demander pourquoi vous êtes ici. » Elle sortit les relevés des interrogatoires fait précédemment. « Voyez-vous, depuis le 20 septembre, nous mettons en place des écoutes, captant toutes les conversations radios que nous pouvons afin de détecter le réseau de terroristes infiltrés dans la population. Et il se trouve que je suis tombée sur votre radio indépendante. Au début, cela ne m’intéressait pas plus que ça et je suis tombée sur un flash spécial … totalement incompréhensible. Je n’y ai pas fait vraiment attention, bien que je trouve cela assez intriguant. Et il y a quelques jours, nous avons eu ça. Deux personnes ont parlé d’une radio libre servant à diffuser des informations pour les terroristes, tenu par un étudiant étranger. » Elle se tut un moment avant de reprendre. « J’ai donc écouté attentivement votre radio et étrangement, à chaque flash, le matin nous avions vent de trafics s’étant déroulés pendant la nuit. Alors je voudrais votre avis, coïncidence ou non ? Parlez-moi de ces flashs que vous passez régulièrement. » Elle le fixa, il avait juste intérêt à parler, elle gérait très bien son agacement, pas comme Sang Hyeon qui menaçait bien souvent les interrogés au bout de quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
TRÔNE
Emploi : Animateur radio (Responsable du réseau de communication terroriste) / Contrebandier

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Lun Nov 11 2013, 18:01

Keisuke restait silencieux et elle aussi. Le regard du japonais dériva un bref instant sur le dossier posé sur la table. Toutes les preuves étaient là. Il suffisait qu'elle ouvre, qu'elle parle pour qu'il ait la raison de sa présence ici. Il aurait dû être inquiet mais il était trop confiant pour avoir le moindre doute. Et cette confiance pouvait se lire dans son regard. Les terroristes ne l'avaient jamais entraîné en lui faisant subir un interrogatoire parce qu'au Japon ils avaient eu la preuve qu'il pouvait très bien se sortir d'une mauvaise situation. Et au Japon les preuves d'escroqueries et d'arnaques s'accumulaient. Elles étaient suffisantes pour qu'il plonge. Mais ici rien ne pouvait être suffisant. Il vivait suffisamment bien pour ne pas avoir besoin de jouer les malhonnêtes aussi souvent que dans son pays natal. Il ne pouvait donc pas être la pour ça, soit l'unique chose qui pouvait le déstabiliser un peu. Finalement elle prit la parole, heureusement pour lui qu'il contrôlait bien son impatience. Vous devez vous demander pourquoi vous êtes ici c'était comme si elle lisait dans les pensées de Keisuke. Il fit mine d'être impressionner en entendant le mot capitaine. Elle était plutôt jeune pour ce poste mais il ne fallait pas qu'il la prenne à la légère. « Capitaine ? C'est trop d'honneur ! Évidemment que je me le demande. Vous commencez toujours votre discours comme ça ? » Les paroles du brun ne sonnaient pas moqueuses ou ironiques, non il feignait très bien la curiosité. Même s'il se doutait bien qu'elle n'était pas naïve. Enfin il l'espérait, c'était le moment de la tester.

Soo Mee sorti les relevés de précédents interrogatoires. Keisuke regardait les documents toujours avec son air curieux sur le visage. Puis il écouta attentivement ce qu'elle disait. Alors c'était juste pour son émission de radio qu'il était là. Le japonais gagna en confiance pourtant il serra les poings dans ses poches. Deux personnes avaient parlé, deux personnes qu'il fallait retrouver et faire payer. Et si elles étaient encore en détention il n'aura qu'à attendre leur sortie. Mais il ne comptait pas laisser passer. Elle s'arrêta de parler un instant et il ne pût s'empêcher de poser une question après avoir rit. Pas un rire moqueur non tout son contraire, enfin d'apparence. « Vous savez combien il y a d'étudiants étrangers dans ma promotion ? » Et encore ce ton curieux pour quelqu'un qui en réalité ne l'était absolument pas. Puis elle parla de trafics, il s'était dit de ne pas la prendre à la légère et pourtant il venait de la sous-estimer.

Keisuke sorti ses mains de ses poches et croisa les bras. Sourire en coin collé au visage. « Je déteste les coïncidences, maintenant je comprends pourquoi. » Il soupira et regarda autour de lui. Puis il s'avança posa ses bras sur la table et fixa Soo Mee du regard. Un regard qui se voulait profond et sincère. « Vous vous n'avez pas écouté toutes les émissions, enfin surtout la première. Je voulais une radio différente. Les autres parlent toutes de la même chose, elles ont toutes les mêmes jeux les auditeurs se lassent. Je suis étudiant je n'ai pas les moyens de proposer beaucoup de cadeaux à ceux qui m'écoutent, soit ce qui marche le mieux pour avoir du public. Alors j'ai lancé un sondage. Je voulais savoir ce que les gens avaient envie d'entendre. Il s'avère que tout le monde aime beaucoup les énigmes et encore plus depuis que la guerre a été déclarée. Mes flash ne sont qu'un jeu. » Il insista sur sa dernière phrase et marqua une courte pause. « Toutes les émissions sont enregistrées, si vous voulez je peux vous faire parvenir la première émission, vous y trouverez toutes les explications. » Puis il s'avança vers elle. « Au pire vous pouvez venir juger par vous même. Avec toutes ces rumeurs de guerre, un capitaine à l’antenne … je ne dis pas non. » Après un moment de silence il ajouta un brin provocateur « Vous êtes en manque de suspects ... non ? » Keisuke se redressa afin d'être droit à nouveau, il mit une de ses mains derrière sa tête et fit mine d'être embarrassé . « C'était déplacé, je m'excuse. »


I'm still fly
I'm sky high
And I dare
anybody to try
cut my wings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Jeu Nov 14 2013, 02:12

Rien qu’en le fixant un moment sans rien dire, Soo Mee savait qu’il allait lui donner du fil à retordre. Il n’était pas du tout nerveux, il était confiant et sûr de lui, de quoi lui mettre les nerfs à rude épreuve. Il était vrai qu’elle n’avait rien d’intimidant quand on la regarde comme ça, mais elle a surtout des nerfs d’acier, capable de résister à la provocation sans broncher pendant un plus long laps de temps que certains de ses collègues masculins. Les railleries commencent à peine s’est-elle présentée. Elle le regarda silencieuse, elle ne savait pas s’il provoquait ou non. Elle prit quand même la peine de répondre. « Si c’est du sarcasme, je vous conseille d’arrêter. Vous allez savoir bien assez vite pourquoi vous êtes là. » Clair et net. Elle préférait lui montrer tout de suite qu’ils n’étaient pas là pour jouer et que ça ne servait à rien que d’essayer de jouer avec elle. Elle n’avait jamais réussi à soutirer des informations de ce fichu trafiquant, mais elle espérait se rattraper avec le jeune homme qui lui faisait face. Japonais d’origine, Honda Keisuke était étudiant et tenait une radio libre. Il était jeune, mais elle avait bien compris que dans le terrorisme, il ne fallait surtout pas se fier aux apparences.

Sortant les relevés des interrogatoires qu’elle avait dirigé il y a peu de temps et qui avait réussi à le mener jusqu’à lui, elle commença à lui expliquer pourquoi elle l’avait fait venir, lui exposant son point de vue, ainsi que les preuves qu’elle avait commencé à rassembler. Il posa le doigt sur un point qui pouvait être considéré comme tiré par les cheveux, mais Soo Mee répliqua de suite. « Et vous savez combien il y a d’étudiants étrangers qui tiennent une station de radio libre dans votre promotion ? » Alors qu’elle abordait la question des trafics découverts le lendemain de ses flashs spéciaux. Le sourire du jeune homme ne décolla pas une minute de ses lèvres et elle se demandait pourquoi elle avait toujours le droit à ceux qui pensaient l’avoir en parlant beau et bien. Elle le fixa, cherchant des expressions qui pourraient le trahir, tout en l’écoutant attentivement. Alors qu’il s’accoudait à la table, il se rapprocha légèrement, la regardant dans les yeux, regard qu’elle ne détourna pas le moins du monde. Et finalement toute une explication sortie d’entre ses lèvres, expliquant que ses flashs ne sont qu’en réalité des jeux. Il la prenait pour une conne ou quoi ? Elle s’adossa à sa chaise en croisant les bras, le fixant toujours. « Un jeu ? Et tu penses réussir à me faire croire ça ? » Quand elle commençait à voir qu’on se foutait de sa gueule, elle finissait toujours par tutoyer plutôt que vouvoyer comme elle le faisait à chaque début d’interrogatoire. « Très bien, je veux toutes les énigmes qui ont déjà été annoncées à l’antenne, leurs signification et leurs résolutions. Tout de suite. »

La suite l’intéressa un peu plus, les enregistrements pourraient être décortiqués par des équipes spécialisées en langage codée, mais ça demandait beaucoup de travail et son supérieur n’accepterait peut-être pas qu’elle charge une équipe de ça. Elle était prête à le faire elle-même de toute façon, s’il le fallait. « Je les veux toutes. Toutes les émissions enregistrées.» déclara-t-elle. Se redressant, elle posa de nouveaux ses avant-bras sur la table, le fixant alors qu’il se rapprochait également. Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres quand il lui proposa de passer à l’antenne de son émission. Il était sérieux ? La suite ne lui plut pas du tout par contre, elle le fixa alors qu’il se redressa, s’excusant de ses derniers mots. Elle leva les yeux aux ciels. « Tu es désolé ? Réellement ? Ça avait l’air de plutôt t’amusez de savoir que les suspects se font rares ces derniers temps. La guerre t’amuse aussi peut-être ? » Elle se redressa, agacée. Elle était sûre de ne pas perdre son temps avec lui, mais il devrait montrer un peu plus de bonne volonté, elle était sûre d’elle, comme avec Noah anciennement. « Au fait, j’ai oublié de te demander. Tu veux un avocat ? » C’était au début habituellement, mais généralement la personne interrogée n’en demandait soit pas, ou soit elle le réclamait à peine que l’enquêteur ait franchi la porte. « Je te déconseille de me mener en bateau et encore je suis sans doute bien plus conciliante que mes collègues masculins, alors si tu as quelque chose à dire c’est maintenant. » Et qu’il ne la prenne pas pour la reine des idiotes de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
TRÔNE
Emploi : Animateur radio (Responsable du réseau de communication terroriste) / Contrebandier

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Sam Nov 16 2013, 21:41

Le ton était donné, mais les menaces ne fonctionnaient pas. Peut être que pour s'en sortir il aurait du afficher un air moins sûr de lui, plus effrayé. Mais c'est quelque chose qu'il n'a jamais su simuler. Les relevés étaient là devant lui, et pendant qu'elle lui exposait les faits lui cherchait déjà les failles. D'abord en parlant du nombre d'étrangers. « Bien plus que vous ne pouvez l'imaginer capitaine Baek ! » La curiosité laissa place à un ton plein d'entrain. « Mais ce n'est qu'un détail. Je ne devrais pas vous interrompre pour si peu, continuez donc. » Oui juste un détail mais qu'il était obligé de relever. Il savait très bien que ça ne constituait pas une preuve suffisamment forte mais il voulait voir la réaction de la brigadière. Puis les preuves devinrent plus concrètes. Elle lui parla de trafics. D'ailleurs il détestait ce mot. S'il ne craignait pas pour sa couverture il se serait déjà justifié en disant qu'il ne s'occupe que de la réception et rien d'autre. Les gens avaient tendance à confondre les deux et c'est quelque chose qui l'énervait au plus au point. Mais bon, la ce n'était pas comme si elle connaissait déjà son rôle dans toute cette histoire. Sourire en coin, avancé vers Soo Mee il s'expliqua sur les flash radio. Car pour le moment c'est la qu'était le problème.

Le ton changea à nouveau. Cette fois elle le tutoya montrant qu'elle n'était pas du tout satisfaite par la réponse. D'accord parler de jeu ce n'était pas forcément très crédible mais c'est bien comme ça qu'il l'avait présenté à l’antenne. Et le pire dans tout ça c'est que certains de ses auditeurs s'étaient pris au 'jeu'. Donc tout était anticipé pour une situation comme celle là. Keisuke fit mine d'être déçu par la réaction de la jeune femme qu'il vouvoyait encore. « Je savais que vous réagiriez comme ça. » Puis à nouveau son sourire en coin. « Mais je n'ai aucune raison de mentir. » Pour le prouver il se montrait même coopératif. La demande du capitaine – celle d'avoir immédiatement toutes les énigmes et leurs solutions – aurait dû déstabiliser Keisuke, aurait dû car il s'était déjà préparé à une demande comme celle là. C'est pour ça que tout était déjà prêt à la station radio si les choses tournaient mal. « Tout de suite ça va être difficile. Vous l'avez dit vous même c'est incompréhensible, je ne peux pas m'en souvenir. Mais n'y voyez pas un refus de coopérer. Tout est répertorié à la radio. » Maintenant qu'il avait dit ça il pouvait parlé des enregistrements. « Toutes ? C'est d'accord, je vous les ferai parvenir. » Les deux se fixaient toujours et il ne pût s'empêcher d'ajouter « Je m'en veux déjà pour tout le temps que je vais vous faire perdre. » Plus de deux ans de radio, il y avait de quoi faire.

En parlant de radio, il ne pût s'empêcher de lui proposer de passer à l'antenne. Son sourire l'amusa. Le répertoire des énigmes, les enregistrements, un passage à la radio, elle avait accès à tout. Keisuke avait confiance il ne pouvait pas avoir de failles dans les preuves. Tout avait été organisé et même bien avant qu'il soit nommé chef du réseau de communication. Alors il ne pu s'empêcher d'être provocateur. Elle était agacée alors que c'était lui qui devrait l'être, les rôles étaient inversés et ça l'amusait. « Oh en plein dans le mile ! C'était une simple supposition mon but n'était pas de vous vexer. » Le blond affichait un air encore plus embarrassé après s'être enthousiasmé de la réponse. Puis il reprit son sérieux ou plutôt son air provocateur. « Je souhaite que la guerre se termine au plus vite. Capitaine je compte sur vous ! » Est ce que tout ça l'amusait ? Non. Avec la guerre il risquait gros. Les arrivages d'armes se faisaient beaucoup plus fréquent qu'en temps normal. Avec la guerre tout devenait suspect, la preuve il se retrouvait dans une salle d'interrogatoire pour pas grand chose.

La question suivante le sorti de ses pensées. Un avocat ? Et puis quoi encore. Keisuke se mit encore à rire avant de répondre. « Je déteste les avocats. Tout ce qu'ils savent faire c'est demander à leurs clients de se taire. Je n'ai pas besoin d'eux pour qu'ils me disent quand parler. » Keisuke détestait vraiment cette profession. Avoir besoin de quelqu'un pour se défendre, ce principe il n'arrivait pas à le comprendre. « Vous en pensez quoi ? C'est vrai dès qu'un suspect est sur le point d'avouer ils interviennent. Ça doit être frustrant pour vous, non ? » Sans peur, il parlait comme s'ils étaient en train de faire connaissance. Puis elle le menaça à nouveau, s'il avait quelque chose à dire c'était le moment. Le japonais fit mine de réfléchir tout en se recoiffant. Puis il se lança à nouveau dans un discours qui se voulait des plus sincères et certainement la dernière des réponses qu'attendait la jeune femme. « Écoutez … je ne suis pas la personne que vous cherchez. Je sais que tant que vous ne trouverez pas le véritable coupable vous me suspecterez. Et je comprends après tout vous ne faite que votre travail. Mais comme je vous l'ai déjà dit, je m'en veux de vous faire perdre votre temps. C'est pour ça que je voudrai vous apporter mon aide. Je pourrai me renseigner auprès des étudiants de mon école par exemple. » Finit le test de la naïveté.


I'm still fly
I'm sky high
And I dare
anybody to try
cut my wings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Lun Nov 25 2013, 03:50

Il commençait à l’agacer. Mauvais signe. Elle savait bien qu’elle n’avait pas encore assez de preuves pour réellement l’inculper et le faire passer devant un jury, mais elle le sentait. Au fond d’elle, elle sentait qu’il y avait quelque chose de louche et qu’il suffisait simplement de creuser. Lui confiant les indices donnés par des suspects arrêtés quelques jours plus tôt, qui lui avaient donné des informations sur un étudiant étranger qui tenait une radio libre et qui serait important dans les communications terroristes. Il avait bien sûr rétorqué qu’il n’était pas le seul étudiant étranger de sa promo, oui, mais tenaient-ils tous une radio ? C’est ce qu’il avait l’air de vouloir lui faire croire au vu de sa remarque. Elle le fixa, laissant échapper un rire bref avant de perdre son sourire et de le regarder. Et c’est qu’il s’excusait, aucune sincérité à ses yeux. « Que de politesse, je suis touchée. » dit-elle sarcastique avant de reprendre. « Continue comme ça, ce n’est pas moi qui m’enfonce un peu plus. » Soo Mee continua d’étaler les quelques informations et preuves qu’elle avait réussi à réunir et toujours aussi souriant et sûr de lui, Keisuke sort des explications qui lui semblait être toutes prêtes. Comme s’il s’était préparé à ces questions qu’on pourrait lui poser un jour ou l’autre.

Le vouvoiement venait de virer au tutoiement, signe d’un agacement grandissant du côté de la jeune femme. Il la prenait pour qui ? Qui croirait que ses flashs ne sont qu’un jeu ? Bon beaucoup de civils et s’ils n’étaient en temps de guerre à voir le mal un peu partout, majoritairement, cela aurait pu être crédible. Mais le fait que ses flashs tombent peu avant la découverte d’un trafic nocturne le jour suivant, ça semblait tiré par les cheveux, mais c’était définitivement quelque chose à creuser pour elle. Il eut l’air déçu en remarquant qu’elle ne le croyait pas. Aucune raison de mentir ? « On a tous une raison de mentir. Pour protéger quelqu’un ou quelque chose. » Sans tarder, elle lui demanda immédiatement toutes ces soi-disant énigmes et leurs solutions qui étaient le sujet de ces flashs. Elle l’écouta, penchée en avant, les avant-bras posés sur la table, le fixant. Elle lui demanda également tous les enregistrements des précédentes émissions. Elle savait que ça allait être un boulot monstre, mais elle prenait le risque de passer une bonne partie de son temps dessus en plus de ses autres enquêtes. « Très bien, je les veux demain dans la matinée. » Le plus tôt possible. « Sinon je viendrais les chercher directement, ou j’enverrais quelqu’un. » Du temps qu’il va lui faire perdre. Un léger sourire apparut sur ses lèvres. « C’est gentil de vous en inquiétez … Si vous ne voulez pas culpabilisez à ce propos, vous pourriez tout simplement me dire réellement la signification de ses flashs et à quoi et surtout à qui ils servent. » Mais elle pouvait toujours rêver hein ? Si un suspect se mettait à tout balancer au bout de quelques minutes, tout serait tellement plus simple.

Son idée qu’elle passe à l’antenne la fit sourire faussement. Provocation pure et dure à ses yeux. La suite également. Il ne faisait que s’enfoncer encore un peu plus à agir de la sorte. Si elle avait été accompagnée de son partenaire, à coup sûr qu’il se serait pris une baffe qu’il aurait bien sentit passée. A l’évocation de la fin de la guerre, elle eut une pensée douloureuse et rapide pour son paternel avant de se concentrer de nouveau sur Keisuke. « Elle se finira. Et les terroristes, ainsi que toutes les personnes ayant touché de près ou de loin à leurs actions seront mis sous les verrous. » Une menace claire et nette. Ayant oublié au départ, elle lui demanda alors s’il voulait un avocat, ce qu’il refusa. Son raisonnement le fit sourire, il n’avait pas tort. « Certains suspects parlent avant l’arrivée de leur avocat et nous sommes beaucoup plus cléments avec ceux-là. » Il était prévenu. « C’est frustrant, mais quand le suspect est coupable, nous arrivons à le prouver … qu’importe le temps que cela prend. » À bon entendeur.

Tentant de le raisonner un peu, elle mentionna qu’il avait de la chance que ces collègues masculins ne soient pas à sa place, beaucoup moins conciliants qu’elle. Et beaucoup moins violents surtout. Elle le regarda, le fixant alors qu’il lui proposait son aide pour avoir des renseignements auprès des autres étudiants de son école. « Oh quelle chance, un nouvel indic’. Tu sais ce que cela implique réellement pour toi ? » dit-elle dans un sourire avant de s’avancer un peu plus. « Tu sais … je vais t’avouer quelque chose. Il n’y a personne derrière ce miroir, personne derrière la porte et la caméra et le micro ne marchent pas parce que je ne les ai pas enclenchés pour l’instant. Quoi que tu me dises, personne ne le saura, personne ne saura que les informations viennent de toi. Tu as juste à me dire ce que tu sais et je te promets qu’on s’arrangera pour qu’aucune peine ne soit retenue contre toi. » C’était une chance en or qu’il avait intérêt à saisir. Elle ne la reformulerait pas une deuxième fois.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
TRÔNE
Emploi : Animateur radio (Responsable du réseau de communication terroriste) / Contrebandier

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Mer Déc 04 2013, 19:13

Elle le trouvait suspect et lui le savait. La seule chose qu'il manquait c'était les preuves et chacun le savait aussi. Keisuke était en position de force parce qu'elle ne pouvait encore rien prouver. C'est de là qu'il tirait sa confiance. Mais il restait tout de même méfiant. Pas de quoi crier victoire, les rôles pouvaient s'inverser n'importe quand. Le blond avait beau avoir anticiper le coup il y avait une faille dans sa défense. Il était bel et bien coupable. Une erreur de sa part et les explications déjà prêtes perdraient toute crédibilité. Depuis le début il jouait la carte de l'ignorant qui se voulait coopératif mais qui ne pouvait pas apporter son aide. Comme lors d'un appel à témoin, on aimerait aider mais quand on a rien vu, quand on ne sait rien, on ne peut que se sentir désolé. Évidemment cette comédie ne passait pas inaperçue mais peu importe, il s'en fichait. Pire il jouait même les provocateurs. C'est vrai peut être qu'il s'enfonçait un peu plus, comme elle lui dit si bien mais il avait devant lui quelqu'un d'intelligent. Donc il n'était plus à ça près. Il n'était pas là part hasard. Plus la conversation avançait plus il était persuadé qu'elle avait des doutes depuis le début de ses recherches et que quoi qu'il dise il n'arriverait pas à se faire innocenter. Il n'avait donc définitivement pas peur de s'enfoncer tant qu'elle n'avait rien de concret.

Faussement déçu qu'elle refuse de croire à ses explications, il se justifia en disant qu'il n'avait pas de raison de mentir. Il sentait que quoi qu'il dise elle refuserait d'y croire, en même temps c'était son métier, alors il se contenterait de répéter qu'il ne ment pas sans chercher plus loin. « Oh c'est beau ce que vous dites là. » il fit mine d’applaudir Avant d'annoncer qu'il ferait parvenir les enregistrements. Et elle les voulait dans la matinée. Keisuke voulait bien coopérer – à sa façon – mais il n'avait pas que ça à faire, pensa t-il. Elle rajouta que sinon elle viendrait soit d'elle même, soit quelqu'un viendrait à sa place. Ce qui le fit rire intérieurement, il n'était pas contre du tout qu'elle fasse le déplacement pour compenser le temps perdu ici. Mais c'est tout l'inverse de ses pensées qu'il raconta. « Aucun problème. Je vais faire ce que je peux. Ce serait dommage de vous faire déplacer pour si peu. » Il ne pût s'empêcher d'ajouter qu'il s'en voulait déjà du temps perdu alors qu'il avait en tête le contraire. « Je ne ferai que me répéter et culpabiliser encore plus. » C'est vrai, il n'avait qu'une réelle explication pour les flash. Toujours la même.

Keisuke provoqua encore. Enfin, provocation indirecte. Mélange d'expression, enthousiasme, puis faux embarras. Ils parlèrent de la guerre, au moins sur ce sujet ils avaient le même avis. Même si le japonais se fit ouvertement menacer. Il fronça les sourcils. « J'espère bien. Mais vous êtes sûrs d'avoir suffisamment de place ? » Nouvelle petite blague douteuse accompagnée d'un rire. Il reprit son sérieux quand elle parla d'avocat. Il se mit à rire encore. Avocat, rien ne plus inutile. Keisuke exprima clairement le fond de sa pensée. Et comme réponse il eut de nouvelles menaces, enfin c'est comme ça qu'il interpréta les propos du capitaine. « C'est bon à savoir. » mais ne se sentait pas concerner. Il n'avait pas besoin de leur clémence et ne comptait pas non plus leur faire gagner du temps.

S'il avait de la chance d'être tombée sur elle autant en profiter. Il proposa son aide. Et non il ne savait pas ce que ça impliquait. « Oui quelle chance d'être tombé sur moi. » Dit-il sur un narcissique en retournant les propos de la jeune femme. « Pas vraiment, mais je comprends très vite. »  Plus de narcissisme, encore une plaisanterie qui n'amusait que lui dans cette situation. Et pourtant elle lui laissa la chance de s'en sortir. Il n'aurait eu aucun remords à balancer un terroriste. Ce serait tellement son genre. Mais le moment pour parler n'était pas encore venu. S'il disait quoi que se soit ça revenait à crier qu'il est définitivement impliqué. Hors de question pour le moment. Alors il joua avec le feu. Keisuke baissa la tête. Il soupira, fit mine de réfléchir et se mordit la lèvre comme s'il s’apprêtait à vendre des informations contre sa liberté. Il releva la tête après un long silence de sa part. « Si je comprends bien cet interrogatoire n'a rien d'officiel ? Tant mieux, parce que je n'ai rien à dire. Je fais juste de la radio pour connaître le métier d'animateur. Être impliqué dans des trafics et risquer mon diplôme ? Et puis quoi encore ? Je ne sais pas quoi vous dire de plus. Je ne fais que me répéter. Je crois même qu'on devrait s'arrêter là. » Malheureusement pour lui il devait être le seul à le croire.


I'm still fly
I'm sky high
And I dare
anybody to try
cut my wings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Mar Déc 31 2013, 01:28

Soo Mee commençait à rager intérieurement, elle savait qu’elle n’avait pas assez pour le garder encore bien longtemps. Elle allait devoir le laisser partir et attendre. Attendre qu’il fasse une erreur. Une seule petite erreur. Mais elle savait être patiente et quand le moment arrivera, elle sera là pour lui mettre les menottes aux poignets. Mais pour l’instant, elle pouvait peut-être lui soutirer quelques informations, non ? Enfin elle allait essayer, mais au vue de son attitude, tout cela l’amusait plus qu’autre chose. Il feignait l’indifférence avec une insolence qui aurait déjà fait sauter au plafond son partenaire masculin. Elle tâcha de garder un sourire léger et indifférent face à une nouvelle provocation de sa part, gardant son calme et le regarda faire mine d’applaudir. En tout cas, quoi qu’il en soit, demain elle aurait les enregistrements, de gré ou de force. Le juge accorderait le mandat assez facilement, il en donnait de plus en plus facilement au vue de la période de crise que leur pays traversait face au terrorisme. La plupart des agents devant faire régner l’ordre commençaient à devenir paranos et étaient plus enclins à donner des mandats dès qu’un agent de la brigade le demandait à la moindre suspections. Elle ne trouvait pas ces manières des plus justes, mais le gouvernement attendait des résultats et la pression était énorme. Elle le fixa quand il parla des enregistrements et de ce sentiment de culpabilité. Un sourire un peu plus large étira ses lèvres.  « Quand c’est pour obtenir ce que je veux, je ne rechigne pas à me déplacer, ne vous inquiétez pas pour moi. » dit-elle en le fixant droit dans les yeux.

Alors qu’il provoquait encore, elle songea au fait de le frapper. Une bonne gifle, ça lui remettrait les idées en place à ce sale gosse non ? Pas de caméra, pas de micro, personne derrière la vitre. Sa main la démangeait, mais elle se retient. De toute façon, avec la force inexistante qu’elle avait. Mais c’était juste pour le geste, le remettre à sa place, elle en mourrait d’envie. Inspirant et expirant doucement, elle continua de le regarder, les bras croisés contre sa poitrine. La guerre fut amené sur le tapis et elle tâcha de bien lui faire comprendre, qu’elle et toute la brigade comptait mettre tous les terroristes sous les barreaux. Sa petite blague ne la fit même pas réagir. Commencerait-elle à être imperméable à ses provocations ? Pas sûr, mais elle ne doutait pas qu’elle s’y habituerait à force, car c’était certes leur premier interrogatoire, mais ce ne serait certainement pas leur dernier. « On trouve toujours de la place. » se contenta-t-elle de répondre d’une voix sèche. Elle ne fut même pas surprise de le voir renoncer à son droit de prendre un avocat. Seuls les imbéciles ou les personnes en bas de l’échelle du système criminel et qui avaient peur pour leur peau en prenaient un. Ceux qui étaient sûr d’eux, se pensant intouchables étaient maîtres de leurs émotions et semblaient ne rien craindre de la justice. Chose qui l’agaçait, mais c’était comme ça. Il y avait toujours de l’injustice quelque part.

Sa nouvelle répartie la fit sourire, la tension descendait d’un cran. A quoi bon qu’elle s’énerve contre lui hein ? Il ne dirait rien et elle l’avait compris. Elle n’obtiendrait rien de lui aujourd’hui. Mais elle reviendrait avec des preuves, concrètes, solides, irréfutables. Elle leva les yeux aux ciels avant de répondre. « J’ai déjà assez d’indics comme ça, je n’ai pas vraiment le temps de t’expliquer … surtout que l’intitulé de l’activité est plus qu’explicite non ? En tout cas, tu n’imagines même pas ceux qui seraient prêts à trahir leurs patrons pour échapper à la prison … Et puis quelles informations un petit étudiant et gérant d’une radio pourraient m’apporter en plus de ce qu’ils me rapportent alors qu’eux sont au cœur du système criminel ? » Elle fabulait un peu sur la fin, quoi que, elle disait vrai sur ceux qui étaient prêts à livrer quelques infos contre une protection ou une immunité. Elle lui donna une dernière chance, l’informant du contexte de l’interrogatoire avant de le fixer. Elle se doutait bien qu’il ne la saisirait pas, il était têtu. Son visage resta de marbre en entendant sa réponse, elle ne fit que le regarder, sans rien dire pendant un moment. Quelques minutes de silence passèrent avant qu’elle ne se redresse sur son siège. « C’est officiel …. On va juste dire que c’était un pré-interrogatoire. D’autres suivront sans aucun doute. » Elle soupira avant de continuer. « Fais ce que tu veux. Ce n’est pas moi qui risque de faire basculer ma vie à n’importe quel moment. Fais une seule erreur, une seule, et je serais là. » Elle rangea les documents étalés sur la table dans le dossier et se releva, le regardant avant d’aller ouvrir la porte, faisant signe à l’agent près de l’entrée d’approcher. Elle se tourna vers Keisuke. « Cet agent vous ramènera à l’entrée de la brigade. On peut vous reconduire si vous voulez. » Elle avait repris un ton plus officiel. Elle le fixa quelques secondes. « Je suivrais avec attention votre radio, vous m’avez semblé très doué. Je ne voudrais surtout pas louper une seule minute d’une de vos émissions. » Il était prévenu. « Au revoir Mr Honda. » Elle sortit de la pièce. Elle n’avait rien obtenu, mais au moins elle avait pu voir de ses propres yeux ce jeune homme et pour elle, il était suspect. Et rien que pour ça, elle n’allait pas le lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
TRÔNE
Emploi : Animateur radio (Responsable du réseau de communication terroriste) / Contrebandier

MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   Ven Jan 10 2014, 20:18

Se répéter encore et encore. A chaque question les propos du japonais se ressemblaient de plus en plus. Comme un texte qu'il aurait appris par cœur et qu'il ne faisait que répéter mot pour mot sans laisser place à l'improvisation. Voilà ce que c'était d'avoir tout anticipé. Le problème c'est qu'il n'y avait aucune place pour l'erreur. Improviser et risquer de se tromper ? A éviter, même s'il avait l'impression de tourner en rond. Et pour ne pas être dépassé par la situation, par les questions, il s'amusait de la situation. Avec une attitude provocatrice face au manque de preuves. Mais preuves quand même … A ne pas prendre à la légère. Tout comme les menaces indirectes. Comme celle d'attraper tous les terroristes et ceux qui s'en rapprochent pour les enfermer. Pourtant voilà que Keisuke plaisantait encore, demandant si la place serait suffisante. D'ailleurs en laissant les blagues de côté Keisuke aurait bien aimé savoir combien de suspect ils avaient. Combien de personnes déjà interrogées ? Et surtout parmi elles combien le connaissait ? Parmi toutes ces questions il avait une réponse : au moins deux le connaissait. Mais une nouvelle question se posait : qui ? Ce n'était qu'une question de temps avant d'avoir la réponse. Par lui même. Pour leur faire payer. En parlant de payer, hors de question d'appeler un avocat, se serait l'erreur dans son scénario.

Le sujet des indics' fût aussi mit sur la table. Même si ça n'avait rien de sérieux. Elle ne comptait pas le prendre comme indic' et lui ne comptait pas l'être non plus. Une histoire de provocation encore. La réponse du capitaine agaça Keisuke. C'était sûrement le but donc il aurait dût prendre sur lui et ne pas réagir pourtant il lâcha un rire nerveux. D'abord elle le sous-estimait et ensuite c'était un coup pour sa fierté. Évidement qu'il savait que les gens prêts à trahir leurs boss étaient plus nombreux que ceux prêt à tout pour eux. Il fait parti du milieu, mais pas possible pour lui de le crier sur tout les toits. Et puis quelles informations un petit étudiant et gérant d’une radio pourraient m’apporter en plus de ce qu’ils me rapportent alors qu’eux sont au cœur du système criminel ? Là il avait envie de s’énerver, vexé d'être prit à la légère. Alors qu'au fond il savait très bien qu'elle ne le considérait pas simplement comme un étudiant lambda. Mais quand l’orgueil est touché difficile de se maîtriser. Pourtant il ne s'énerva pas. Toujours plus narcissique il arrivait à se convaincre qu'il avait une meilleure place que certains des indics du capitaine Baek. Certains des brigadiers étaient morts sous les balles des armes qu'il avait réceptionné c'est pas rien. « C'est vrai, un simple étudiant ne peut l'imaginer. » Début de sourire sournois. « Dommage que mes informations n'aient aucune valeur. » Dit par le responsable du réseau de communication des terroristes, quelle ironie. Mais le blond devait s'en contenter. Il insista sur le aucune, paroles qui sonnaient fausses. Fin du sourire sournois.

Malgré tout elle lui laissa une dernière chance qu'il ne saisit pas. Le jour où il aurait besoin de cette chance n'était pas encore venu. Même si la brune affirmait par son attitude qu'elle ne la re proposerait pas Keisuke se disait que cette chance il saurait la provoquer quand il le faudra. Enfin il espérait tout de même que ce jour n'arriverait pas. Bien sûr elle n'eut aucune réaction face à son refus de coopérer. Il eut même un long silence. Décidément jusqu'à la fin l'atmosphère était tendue. Puis elle reprit la parole en parlant d'autres interrogatoires. Manquait plus que ça, pourtant il savait qu'il n'y échapperait pas et qu'il était loin d'en avoir terminé avec elle. Elle ajouta qu'il risquait de faire basculer sa vie à n'importe quel moment. Il était devenu impassible. Sa vie avait déjà basculée le jour de sa naissance dans une famille de junkies.  Il se disait que tout ce qu'il avait vécut ce n'était rien à côté de tout ça. Il était sûr de lui, avec tout ce qu'il avait vécut il ne ferait pas d'erreur. « Je ne fais jamais d'erreur. » dit-il sur un ton froid, regard glacial. La guerre entre eux étaient lancée.

Documents rangés, Soo Mee se leva pour aller ouvrir la porte. Elle changea de ton, lui laissa de côté son impassibilité. Keisuke s'étira les bras, grand sourire aux lèvres. Mais pas de ses sourires provocateurs de l'interrogatoire, non. Juste ses faux sourires habituels qu'il offre tous les jours au monde. Au départ il s'apprêtait à refuser d'être reconduit. Qu'on le voit avec la brigade ne lui plaisait guerre, mais de toute façon il devrait faire un rapport au chef. Alors il n'était plus à ça près. « Oh comme c'est trop gentil à vous de proposer. Je ne veux pas abuser de votre hospitalité mais je veux bien oui. » gentil, hospitalité, tu parles ! « Je vous dédierai le prochain flash alors ! N'hésitez pas à participer, tout le monde peut jouer. » Toujours aussi familier il lui fit un geste de la main pour lui dire au revoir pendant qu'elle quittait la pièce avant de se lever à son tour et suivre le même chemin. Match nul.


I'm still fly
I'm sky high
And I dare
anybody to try
cut my wings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll catch you ft. Baek Soo Mee [End]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Topic Catch
» Catch WWE
» Extreme Catch
» Baek Hyun [a finir]
» Topic Catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  :: 
After The War
 :: Corbeille :: RPs :: RP terminés
-