AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Mer Nov 06 2013, 21:41

Cha Il Nam, Baek Soo Mee

& Han Lao Zi




Il n'y a pas si longtemps, deux voir trois jours environs, l'organisation dans laquelle se trouvait Il Nam avait décidé d'agir. Enfin ! Se disait-il car il s'ennuyait un peu à force de passer ses journées dans un vieil hangar à fabriquer des explosifs. oui il ne voyait pas trop quoi faire de ses journées étant donné qu'il n'aimait pas particulièrement la compagnie alors le jeune coréen passait son temps à élaborer de nouveaux explosifs ainsi que créer des bombes en attendant le moment venu pour aller s'amuser un peu et venger ses parents par la même occasion.
La mission qu'on lui avait donné était claire et simple, enfin pour lui en tout cas, quelque chose d'amusant à faire selon lui, quelque chose dont il était le spécialiste. Il était chargé de poser des bombes dans le grand centre commercial de Séoul, six pour être plus précis et pour pimenter un peu le jeu seulement trois exploseraient. La journée était, de plus, idéale pour faire un petit attentat à la bombe au pays du matin calme, le soleil était au rendez-vous et il ne pleuvait pas, c'était le moment rêvé pour les habitants de cette ville de faire quelques boutiques.

C'est habillé d'une habituelle veste en cuir noir ainsi que de ses lunettes de soleil qu'il entra dans l'immense bâtiment. Pourquoi des lunettes de soleil ? Il trouvait qu'il avait l'air cool avec, raison simple et quelque peu idiote même. Il ressemblait à n'importe quel coréen, il n'y avait aucun soupçons à avoir sur lui et pourtant il fallait le craindre avec ses six bombes dans son sac à dos beige.
Il allait se faufiler dans la foule qui allait vers les escalators se demandant bien par où il allait commencer. Il fallait avouer qu'il avait l’embarras du choix avec toutes les boutiques diverses et variées du centre commercial. Mais Il Nam avait déjà un plan tout tracé sur la position des bombes, il serait impossible de les retrouver tant elles seront bien cachées. Le terroriste commença par entrer dans un magasin de jouet, c'était un vrai paradis pour les bambins mais lui n'allait pas rester pour admirer tout les joujoux de son enfance. Il s'arrêta devant un étalage d'ours en peluche avant de déposer un similaire où se trouvait une bombe à l'intérieure. Une fois fait, il ressorti comme si de rien n'était.

Plus que 5 à placer, il allait ici et là. En cachant une sous l'escalator à l'abri des regard trop indiscrets, une autre dans un sac de terre se trouvant dans la boutique de jardinage. Oui personne n'irait fouiller ici, à moins qu'un passionné de jardinage n'ai l'idée d'ouvrir le sac pour vérifier la qualité de la terre. La troisième était cachée dans un endroit où personne n'irait chercher tellement c'était évident et simpliste : les toilettes des hommes, une armoire fermée à clé où ils rangeaient le papier toilette que Il Nam avait réussit à forcé.

Il ne restait que trois autres bombes à poser, mais en attendant pour ne pas attirer les soupçons sur son vagabondage, le jeune faiseur de bombe s'arrêta dans une boutique de sous vêtements masculins. Hé oui lui aussi avait besoin de mettre des boxers hein. Il fouillait bien environ dix minutes n'oubliant pas que le compte à rebours des explosifs avait déjà été enclenché et qu'il ne restait déjà plus que deux heures et quarante cinq minutes avant que le centre commercial ne sombre dans la panique la plus totale. Il Nam savait que personne n'avait osé et n'aurait osé jeter un coup d'oeil, même par curiosité, à ce qu'il faisait. Du moins il le pensait car il était discret et l'idée qu'il puisse se faire découvrir ne lui traversait même pas l'esprit.
Il reparti caché peu après ses trois dernières bombes dans des boutiques avant de se poser à l'étage, observant les coréens faire leur shopping. Il ne partirait que dix minutes avant le « boum » final histoire d'apprécier la vue qu'il avait sur les innocentes vies qu'il allait bientôt dérober.
Code by AMIANTE



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Ven Nov 08 2013, 09:48




Lao Zi était arrêté en plein milieu du centre commercial, les yeux baissés sur une liste qu’il tenait entre les mains, air concentré sur le visage. D’une poche, il sort un crayon pour venir raturer le mot « ampoule » griffonné en chinois. Parce que oui : tenir un restaurant ce n’était pas seulement s’occuper de la cuisine mais également de l’état des lieux… Alors parfois, il laissait le commerce à sa maigre petite équipe (mais ô combien solidaire) et il partait faire les quelques emplettes nécessaires !

Du coup, son sac à dos contenait ses différents achats de la matinée ! Quelques ampoules, du détergeant, des serviettes neuves, quelques outils de bricolage qui avaient mystérieusement disparus (c’était le propre des outils de bricolage de se perdre tous seuls)… Il était presque au bout, en sommes ! Et tant mieux parce que faire ses courses avec cette foule compacte n’était pas du tout ce qu’il préférait !

On le bouscule… Et Lao Zi a une petite exclamation surprise, puis contrite en voyant son stylo lui glisser entre les doigts ! Il rajuste la bandoulière de son sac sur son épaule, courant ensuite après le crayon qui non content de lui avoir échappé, avait roulé sur le sol. Manque de chance, deux ou trois personnes avaient déjà shooté dedans et au final, le stylo avait finit sa course sous un escalator ! Lao Zi soupire… Mais s’y rend, scrutant le sol pour être certain de remettre la patte dessus. Pourtant, c’est autre chose qui attire finalement son regard, une fois bien en dessous de l’escalier mécanique…

Ses yeux en longues amandes se pose sur un objet de taille ni trop grosse, ni trop petite. Ca aurait pu être anodin si ça n’avait pas été de cette minuterie d’un rouge inquiétant… Le genre qu’on ne voyait que dans les films d’action et/ou d’espionnage. Ses jambes étaient soudainement devenues toutes molles… Ses mains moites… Et oubliant son stylo, Lao Zi était sortit de sous la cachette, le regard cherchant de manière frénétique quelqu’un à appeler…

Son regard croise celui d’un vigile et Lao Zi s’y précipite, donnant de manière confuse son renseignement à propos de ce qui était assurément une bombe… Le type le regarde de biais… Le saisit par le bras, l’emmène jusqu’à l’escalator, vérifie ses dires… Et tout comme Lao Zi bredouille qu’il faut faire sortir les gens, le vigile l’entraîne jusqu’à un banc auquel il l’attache avec une paire de menottes ! Il rêvait ou ce type le prenait pour l’auteur de cet acte terroriste ? C’est pas parce qu’il était chinois qu’il était kamikaze !!

Mais pas le temps de faire valoir ses droits que l’homme s’est déjà éloigné, parlant de manière rapide et sévère dans son talkie Walkie. Lao Zi observe la foule, se sentant un peu étourdit pour tout dire et appréciant assez peu la situation dans laquelle il se trouvait. Malgré lui, il a une pensé pour se dire qu’à avoir su, il n’aurait jamais été prévenir et qu’il serait juste partit ! Mais la vérité, c’est qu’il n’aurait jamais pu évidemment…

Son regard se tourne sur les abords du banc, un peu hébété… Et c’est encore plus vrai lorsqu’il croise un regard qu’il connaissait !

Il Nam !

Là, assit sur le banc, le type qui l’avait aidé dans son restaurant quelques jours plus tôt ! Ca faisait du bien de voir un visage connu et amical ! Enfin… Lao Zi tire un peu sur la menotte, dépité avant d’assurer :

Je n’ai rien fait. Mais il ne faut pas que tu restes là, c’est dangereux !

Et d’ajouter, désabusé :

Ce vigile me prend pour un terroriste…

Il n’avait peut être pas l’air paniqué, mais c’était parce que le minuteur de la bombe qu’il avait vu indiquait qu’il restait un peu moins de trois heures. En trois heures, on allait bien pouvoir faire sortir tout le monde non ?! Même lui !

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Lun Nov 11 2013, 19:16

Soo Mee était épuisée et surtout lassée de toutes ces fausses alertes à la bombe, non pas qu’elle aimerait que celles-ci soient vraies, très loin de là, mais se déplacer pour rien parce qu’un petit rigolo avait voulu jouer avec leurs nerfs ou avait juste voulu faire une blague, ça commençait à lui peser. De plus, son partenaire refusait de bouger ses fesses de son siège, ne voulant pas se déplacer pour rien, c’était donc elle qui s’y collait. Aujourd’hui, elle en avait déjà eu une ce matin dans une gare du centre-ville, mais au final après deux heures de stress et de panique, l’équipe de déminage et elle, étaient venue pour rien. Elle avait bien vu le regard que lui avait lancé Sang Hyeon quand elle était rentrée « tu t’es encore bougé pour rien, je l’avais bien dit ». S’asseyant sur son fauteuil face à son bureau, elle posa sa tête sur le dosseret, fermant les yeux. Les rouvrant alors que le téléphone sonnait de nouveau. Sonnerie stridente qu’elle coupait en décrochant.

Elle écarquilla les yeux sous le flot de paroles débitées à la seconde. Elle ne comprenait absolument rien à ce que l’autre personne racontait, visiblement paniquée. « Calmez-vous, respirez et répétez plus calmement s’il vous plait, je n’ai rien compris. » Enfin l’homme réussit à articuler, bien que toujours paniqué, elle avait affaire au responsable de la sécurité du centre commerciale le plus important de la ville et il semblerait qu’une bombe aurait été trouvée sous un escalator par un vigile et que celui-ci aurait arrêté un suspect. Elle réfléchit quelques secondes silencieusement, une nouvelle fausse alerte avec une bombe qui semblait être vraie ou une véritable alerte ? Elle était obligée d’y aller, mais elle n’était pas franchement convaincue. Les terroristes et même certaines personnes s’amusaient à déposer de fausses bombes plus vraies les unes que les autres, créant ainsi plus de boulot à la brigade. Elle rassura l’homme. « Arrêtez et interdisez l’escalator, dîtes aux clients qu’il est en panne afin que plus personne ne l’emprunte, une équipe arrive. Veillez à ne pas paniquer la clientèle s’il vous plait. » Raccrochant, elle s’étira avant de se lever.

Ignorant la remarque de Sang Hyeon alors qu’elle passait devant son bureau, elle appela l’équipe de démineurs qui avait l’habitude de l’accompagner et qu’elle avait fait d’ailleurs déplacer ce matin et l’informa du lieu où ils devaient se rejoindre. La jeune femme monta dans une voiture de fonction banalisée et se rendit au centre commercial. L’équipe de déminage arriva quelques minutes après elle et elle se rendit dans le centre avec le chef de l’équipe. Elle se rendit directement au poste de sécurité, présentant son badge. « Bonjour, je suis le capitaine Baek, la personne que vous avez eu au téléphone et voici le chef d’une des brigades de déminages. Est-ce que vous pouvez nous conduire au vigile qui a trouvé la bombe et la personne susceptible de l’avoir posé ? » Suivant le chef de la sécurité, celui-ci lui présenta le vigile en question. Celui-ci avait l’air sur de lui, un peu déçue de se retrouver face à une femme pour gérer ça. Il désigna l’escalator. « Elle est sous la cage de l’escalator et c’est lui…. » il désigna un jeune homme attaché au banc un peu plus loin derrière eux. « … qui l’aurait trouvé, mais il m’a semblé bien trop nerveux pour être clean, et il n’est pas coréen. » La jeune femme écarquilla les yeux sous la surprise, le coupant. « Pardon ? Ce n’est pas parce qu’il ne semble pas coréen qu’il est forcément un terroriste. » Elle tourna la tête vers son collègue. « Vas vérifier si c’est bien une vraie, qu’on ne fasse pas déplacer toute l’équipe pour rien. » Elle jeta de nouveau un regard aux deux vigiles. « Je vais aller lui parler, veillez à ce que personne ne s’approche, dîtes que c’est un technicien. »

Elle s’avança vers le jeune homme, apercevant un autre tout près de lui. Elle s’adressa tout d’abord à celui qui était menotté. « Bonjour, je suis le capitaine Baek Soo Mee. Je peux avoir votre identité ? Le vigile m’a dit que c’était vous qui aviez prévenu qu’il y avait une bombe, c’est bien ça ? Qu’est-ce que vous faisiez sous l’escalator ? » Elle jeta un coup d’œil à son sac. « Ce n’est pas vraiment un endroit où vous pourrez trouver quelque chose à acheter … Je peux regarder votre sac ? » Elle jeta ensuite un coup d’œil au jeune homme qui était à côté. « Vous êtes ? Si vous êtes là juste par curiosité, je vous demanderais de vous éloigner s’il vous plait. » Le ton n’était pas sec, mais clair et net.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Mar Nov 12 2013, 20:21

C'était assez amusant pour Il Nam d'observer tout ces ignorants consommateurs qui achetaient en masse sans se douter qu'un peu partout dans le centre commercial se trouvait des bombes qui allaient les faire tous périr. Le jeune coréen riait intérieurement de son acte comme un être dépourvu de morale alors qu'il déambulait dans le bâtiment étage par étage avant de redescendre en empruntant l'escalator qui allait bientôt être détruit dans moins de trois heures.

C'est là qu'il vit quelque chose qui le rendit intérieurement fou de rage, sa première bombe avait été découverte, bien heureusement celle-ci était une fausse, mais ce n'était pas cela qui le rendait dans une telle colère. Il voyait là, assis sûr un banc, les deux mains menottées, son petit protégé. Il savait pertinemment pourquoi c'était lui que le vigile avait arrêté : car il n'était pas coréen mais chinois. Le pauvre Lao Zi était encore victime de préjugés et racisme, le voir comme ça lui soulevait le cœur. Oui même un homme comme Il Nam était doté d'un cœur et il détestait toutes formes de racisme ou homophobie voilà pourquoi il avait prit le chinois sous son aile.
Il Nam n'avait même pas remarqué qu'il s'était arrêté en pleins milieu du passage pour observer son protéger qui l'appelait quelque peu paniqué par la situation. Le terroriste faisait mine de ne pas comprendre pourquoi il lui disait que l'endroit était dangereux mais il le savait pertinemment alors qu'il avançait d'un pas rapide vers son ami. Oh il s'en fichait du vigile, celui-ci était bien trop occupé à surveiller la bombe et s'occuper d'appeler les secours pour cette dernière.

« Calme toi, Lao Zi, lui dit-il d'un ton calme essayant de ne pas faire preuve de froideur envers le jeune chinois. On te prend encore pour ce que tu n'es pas parce que tu es chinois... »

Il soupira avant de s'accroupir devant le jeune homme posant ses mains contre ses genoux pour essayer de le calmer. Il Nam tenait beaucoup à Lao Zi et il savait qu'il fallait qu'il le sorte d'ici avant que tout n'explose après il s'en fichait des autres du moment qu'il était sain et sauf. Il reprit d'un ton toujours aussi calme alors que le vigile avait finit de téléphoner :

« Reste calme, tout vas bien ce passer. Je ne sais pas ce qu'il se passe mais ça va aller fais moi confiance. »

Le vigile avait l'air de s'en foutre royalement des deux jeunes hommes et c'était tant mieux. Ils restèrent ainsi à discuter, Il Nam essayant de trouver un moyen de le détacher, jusqu'à ce qu'une équipe qui devait être celle de la brigade anti-terrorisme arrive. Le terroriste s'en allait regarder la scène d'un peu plus loin. La femme qui avait l'air de commander s'énervait contre le vigile à cause des préjugés qu'il avait porté au chinois. La scène fut courte, Il Nam s'attendait à une série de question réponse mais la femme, qui devait avoir son âge, se tourna vers lui le prenant pour un curieux qui essayait de récolter des informations.
A la demande de la jeune demoiselle, le coréen faisait un pas en avant comme pour s'opposer à son « ordre ».

« Je suis un ami de Lao Zi donc je resterais là, que mademoiselle le veuille ou non. » Dit-il à l'intention de la brigadière.

Il savait très bien qu'il était en mission mais il s'en fichait ses bombes étaient trop bien cachées pour qu'on puisse les trouver, tout du moins les trois qui allaient exploser dans exactement deux heures et quinze minutes.



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Jeu Nov 14 2013, 14:42




Il Nam lui demande de se calmer… Mais c’est pour ainsi dire mission impossible. Ils étaient dans un centre commercial qui pouvait exploser ! Ne comprenait-il pas ? Non bien sûr puisqu’il s’était contenté de dire que la situation était « dangereuse ». Tout était pas mal embrouillé dans sa tête, lui n’avait aucun entraînement particulier qui lui permettait de ne pas paniquer dans une situation de ce style et pour le moment, plus encore que la frustration d’être prit pour le coupable et menotté à un banc, il y avait la peur de finir en purée sous les décombres d’une explosion. Mais ça faisait du bien d’avoir un visage amical sous les yeux, c’était rassurant, réconfortant même. De fait, quant à être prit pour ce qu’il n’était pas, il ne peut que constater avec dépit :

J’en ai tristement l’habitude…

Lao Zi se laisse tomber assit sur le banc, un petit gémissement désespéré aux lèvres. Son compagnon s’accroupit en face de lui, mains sur ses genoux et Il Nam regagne ainsi son attention. Lao Zi l’observe, s’attendant presque à le voir jouer les sauveurs une nouvelle fois alors que bon… Qui était-il pour aller contre le gouvernement ou contre des bombes ? Lao Zi hoche négativement la tête à ce que son ami lui dit, lui expliquant :

Il y a une bombe Il Nam. Je t’assure, là, sous cet escalator. Il y a un minuteur et tout… Tu devrais sortir, c’est dangereux. Ils ne vont pas me laisser menotté ici en attendant qu’elle explose de toute façon, n’est-ce pas ?

Ils n’avaient pas le droit de le faire hein… ? Mais c’est un peu là-dessus qu’une femme arrive… Et Lao Zi se remet debout, l’observant avec un brin de méfiance alors qu’elle se présente comme faisant partit des autorités. Parce qu’elle ne devait pas être capitaine des pompiers ou des cheerleader quoi, même si elle aurait sûrement pu mais c’était là un tout autre débat.

Han Lao Zi.

Au moins ne discute-t-il pas au moment de répondre à ses questions. De toute façon : plus vite il pouvait sortir, mieux ce serait. Et puis s’il avait émit la moindre résistance, cette femme aurait pu se mettre dans la tête qu’il avait quelque chose à cacher. Il acquiesce donc également à propos du fait que c’était lui qui l’avait vu, expliquant avec un brin d’agacement malgré tout :

Mon stylo à roulé en dessous. Il doit même encore y être, j’ai eu tellement peur que je suis partit sans le récupérer…

Elle ironise à propos de son sac et là tout de suite, Lao Zi trouve ça assez mal venu, aussi lui lance t-il un regard assez maussade et grognon. Merci Cap’tain Obvious hein… Il lui fait néanmoins signe de jeter un coup d’œil à son sac si ça lui faisait plaisir, assurant :

Je suis restaurateur, je venais chercher de menus objets pour mon restaurant. Demandez à Il Nam !

Et justement le capitaine Baek s’intéresse à son compagnon, l’encourageant à déguerpir… Lao Zi a un petit soupire de soulagement un brin égoïste lorsque ce dernier refuse, assurant qu’il était de ses amis. Et justement, s’adressant aux deux :

Nous ne devrions pas quitter les lieux ? Les faire évacuer ? Même dans les cas de fausse alerte c’est ce qui se fait non ? Ce n’est pas dangereux ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Sam Nov 16 2013, 02:19

Une nouvelle alerte à la bombe, sa deuxième dans la journée. Autant dire que Soo Mee s’y rendait en sachant pertinemment que ça serait de nouveau une fausse alerte. Généralement les fausses alertes sont soient représentées par des objets suspect qui sont au final remplis de savon et autre produits inoffensives, ou soit plus rarement des bombes tellement bien faites qu’on dirait des vraies, résultats de petits malins qui veulent juste faire courir la brigade dans tous les coins de la ville. Arrivant avec une seule équipe de déminage, elle rentra dans le centre commercial avec le chef de l’équipe et se rendit au poste de sécurité avant d’aller voir l’agent qui a vu la bombe et attrapé un suspect qui serait venu le voir de lui-même. C’était plutôt rare comme situation. Après un préjugé xénophobe qui agaça la jeune femme, elle laissa le démineur s’occuper d’identifier l’objet sous l’escalator et se dirigea vers le jeune homme menotté au banc, accompagné par une autre personne.

Lui demandant son identité, le jeune homme menotté n’opposa aucune résistance, ce qui était déjà un bon point. Soo Mee s’intéressa maintenant à sa présence sous l’escalator et elle put parfaitement voir son agacement quand il lui répondit. « Je vois. » dit-elle simplement. De toute façon, elle irait vérifier un peu plus tard, s’il lui avait menti, ce dont elle doutait fortement en le voyant, il aurait des comptes à lui rendre. S’intéressant ensuite à son sac, elle voit bien qu’il n’apprécie pas tant que ça, mais elle ne s’en formalise pas plus que ça. La plupart des personnes suspectées détestaient qu’on touche à leurs affaires. Attrapant le sac, elle constata qu’il était plutôt lourd, elle maudit sa force inexistante  et se fit violence pour ne pas le reposer sur le banc, l’ouvrant et regardant rapidement. Quelques outils de bricolage, pas de quoi en faire un drame. Elle le repose finalement et jette un coup d’œil au jeune homme à côté, le prenant tout d’abord pour un curieux. Son insolence ne lui plut pas forcément. « Merci pour cette précision, je vous laisse rester, mais sachez que si j’en avais décidé autrement, vous n’auriez pas eu le choix, monsieur. » dit-elle, en le regardant droit dans les yeux. Qu’il essaye encore de lui marcher sur les pieds. « Vous confirmez qu’il est restaurateur ? » Posant son regard de nouveau sur Lao Zi, elle renchérit. « Il faudrait me donner le nom de votre restaurant, cela sera vite vérifiable. »

Soo Mee remarqua ensuite l’inquiétude persistante du jeune chinois et le regarda sans rien dire pendant un moment. Décidément, comment ce garde avait-il pu le prendre pour un terroriste ? Sans vouloir l’offenser, il n’en avait pas la carrure. « Si vous saviez le nombre de fausses alertes que j’ai dans la semaine, je ne préfère pas faire paniquer les clients aussi rapidement. » Elle allait continuer quand le démineur lui tapota l’épaule, lui demandant de la suivre. « Je reviens dans deux minutes. » Le suivant, elle comprit assez vite qu’il ne l’avait pas appelé pour rien. Quand elle aperçut la bombe sous l’escalator, elle eut presque un moment de vide, c’était au final une situation qui n’arrivait pas si souvent que ça. Elle le regarda. « Elle fonctionne réellement ? Le minuteur est déclenché à ce que je vois. » Le démineur la regarda avant de s’accroupir. « En fait, il manque un branchement pour qu’elle explose, mais sinon c’est une vraie. Pour moi c’est fait exprès, on ne peut pas louper un tel branchement après avoir construit un engin pareil. » Surprise, la jeune femme resta un moment silencieuse avant de tourner le regard vers les deux jeunes hommes sur le banc. Reposant son regard sur la bombe, elle s’avança et regarda autour de celle-ci avant de remarquer un stylo. Elle soupira, le ramassant avant de s’adresser au chef de l’équipe. « Appelle l’équipe au complet et demande deux autres en renfort, une bombe de cette envergure ne peut pas être seule, et même si elles sont toutes débranchées, il faut les trouver. » Laissant le chef de l’équipe retourner à la voiture, elle retourna près des vigiles, leur demandant de vérifier le nom du restaurant et celui du propriétaire et une fois qu’elle eut confirmation de ce dont elle se doutait, retourna au banc. La jeune femme libéra le jeune homme attaché. « Merci pour votre coopération, si vous voulez partir c’est votre droit. La bombe que vous avez vue n’est pas enclenchée. » Elle lui tendit le stylo. « Tenez, c’est le vôtre n’est-ce pas ? J’ai une question à vous poser. Vous êtes peut-être arrivé tard, mais quand vous êtes descendu dans la cage de l’escalator, vous n’avez vu personne s’en éloigner ou aux alentours ? » Elle jeta un regard au jeune homme à côté de lui. « Vous pouvez partir vous aussi. » C’était un peu sec, mais elle n’avait pas aimé la façon dont il lui avait parlé tout à l’heure.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Nov 17 2013, 00:58

Lao Zi était paniqué à l'idée de savoir qu'une bombe pourrait exploser à la fin du minuteur mais Il Nam, lui, restait toujours aussi impassible, il savait que c'était lui le couple de ces actes mais il ne restait pas avec cette expression collée au visage pour cette raison, en effet, le terroriste portait toujours ce masque de l'indifférence sur son visage. Il s'en fichait que tout exploserait, lui, il aurait le temps de déguerpir de cet endroit au plus vite en emmenant bien évidemment son petit protéger avec lui. Il était impensable pour lui de laisser le chinois exploser avec ses bombes, il tenait trop à lui pour le voir sous les décombres du centre commercial.
Sous le regard de la chef de brigade, le sud-coréen vint s'asseoir près de son ami. Il s'en fichait pas mal de ce qu'elle pensait et de qui elle était, elle ne pourrait l'empêcher de rester auprès de son petit chinois qu'elle le veuille ou non. Il Nam s'étonnait toujours dans ses moments passés avec le jeune restaurateur, il était d'une gentillesse à faire peur, il ne se reconnaissait même plus, comme si il était étranger à lui même en sa présence. Mais on s'en fiche. Il arrivait même à passer ses bras autour du corps de Lao Zi pour le calmer du mieux qu'il pouvait alors que la femme jetait un œil au sac du garçon. Peu après, la femme reprit la parole ) l'intention de Il Nam qui n'aimait pas le ton qu'elle prenait pour lui parler. « Je vous laisse rester, mais sachez que si j’en avais décidé autrement, vous n’auriez pas eu le choix. » avait-elle dit. Oh mais qu'elle l'aurait décidé autrement, Il Nam s'en foutrait, il serait resté quand même.
Il prit une voix toujours aussi froide pour s'adresser à nouveau à la brigadière à sa nouvelle question :

« Oui, il est restaurateur. »

Le terroriste s'étonna qu'elle ne lui demande pas son nom et encore heureux pour lui il n'avait pas envie de lui donner bien qu'il savait que si les autorités cherchaient des info sur lui ils ne trouveraient aucun dossier mentionnant de quelconques actes terroristes. Mais passons, la chef de brigade se dirigea vers l'escalator avec un expert, ce qui me laissa le temps de calmer encore un peu Lao Zi par la parole cette fois-ci :

« Tout vas bien Lao Zi, tu sais que je te protégerais quoi qu'il arrive. On va sortir de là ne t'inquiète pas. Tout le monde sera sauvé si la bombe que tu as trouvé est vrai. »

Mensonge, juste lui et moi seront sauvés. Les autres périront avec le centre commercial qui partira en morceaux. Le jeu devenait intéressant au fur et à mesure qu'Il Nam captait quelques bout de la conversation des personnes s'occupant de sa bombes. Une course contre la montre pour savoir qui gagnera, eux ou bien le terroriste? Cela en devenait excitant, il ne devait pas louper une miette du spectacle qui s'offrait à lui dont il était la vedette anonyme. Pendant ce petit jeu il n'allait pas rester sans rien faire, il arriverait discrètement à semer la terreur et mettre le doute dans l'esprit de tout le monde, un vrai manipulateur.

Au bout de plusieurs minutes la chef revint détacher le protéger du terroriste, lui disant de s'en aller s'il le désirait avant de dire cela à Il Nam par la même occasion mais il n'allait pas partir tout du moins il ferait croire qu'il sortirait.

« Merci. » lâcha-t-il froidement avant de prendre les poignets de son ami pour les masser.

Il regardait la brigadière puis Lao Zi continuant de parler essayant d'adopter une voix plus... rassurante. Parlant assez fort pour qu'elle entende ce que Il Nam disait à l'intention du jeune chinois.

« Sors, attend moi où tu veux. A cause de ça je n'ai pas pu finir mes courses, je ferais vie c'est promit. »

Le plan se déroulait à merveille, il ne restait plus que deux heures et cinq minutes avant l'explosion des bombes.



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Mer Nov 20 2013, 11:10




C’était du grand n’importe quoi… Le regard de Lao Zi allait de la femme à Il Nam, indécis, l’une ayant visiblement décidé de le stresser un peu (de manière volontaire ou pas) et l’autre se voulant rassurant mais sans connaître les tenants et aboutissants de toute cette affaire. Lao Zi avait d’ailleurs été surprit qu’il ne cherche pas à en apprendre d’avantage. Lui, si une connaissance (ou même un inconnu !) le prévenait d’un danger quelconque, à moins d’être déjà au courant, il aurait au moins demandé lequel… En tout cas, il y avait clairement de l’électricité entre la policière (ou quelque chose comme ça, son grade seul ne l’aidant pas vraiment à déterminer à quel service elle appartenait) et son ami. Visiblement, l’un comme l’autre voulait assoir une certaine domination sur la situation et Lao Zi se faisait l’impression d’une crevette coincée entre deux requins qui se battait pour leur territoire de chasse. Charmant.

Encore plus charmant d’apprendre que dans la police en ce moment, le proverbe « mieux vaut prévenir que guérir » n’avait pas cour. C’était pour quoi, cette politique ? Pour éviter de devoir admettre à quel point on n’était en sécurité nulle part sur le territoire ? Combien d’alertes à la bombe, fausses ou réelles, avaient-elles été dissimulées ? Ca le révoltait…

Il Nam avait en tout cas confirmé son histoire pendant que la belle avait fouillé son sac qui ne contenait pas grand-chose. Lao Zi avait arqué un sourcil en la voyant peiner à le porter, finissant par demander de manière suspicieuse :

Vous êtes réellement de la police ? Mon restaurant est le Panda de Jade…

Parce que bon… Il n’avait pas un gabarit plus fabuleux qu’elle et il ne croulait pas sous le poids du sac non plus ! Mais déjà, le capitaine s’en va en leur demandant de patienter et Il Nam, mit au parfum de la situation, se veut rassurant. D’ailleurs, tout de même étonné par tout ce sang froid, Lao Zi fait remarquer :

Ca n’a même pas l’air de t’effrayer un peu.

Et de fait, puisqu’il était à des kilomètres de supposer qu’Il Nam puisse avoir un quelconque rapport avec ce qui se produisait ici (et qu’il désapprouvait fortement parce que la terreur n’était pas une solution, à son avis), il constate :

Tu ferais mieux de moins la défier non ? Parce qu’avec cette attitude et ce calme, c’est toi qu’elle va finir par suspecter. En plus, vous vous défiez déjà un peu. Fais attention à toi.

Lao Zi a un soupire de dépit… Puis de soulagement alors que revenant, l’agente gouvernementale vient lui retirer le bracelet d’acier ! Il Nam est déjà là pour masser un peu la zone endolorie et le jeune chinois se fait tout seul la promesse muette d’essayer de faire les choses autrement la prochaine fois. Parce que comme il le fait remarquer alors qu’elle lui demande de nouveaux renseignements :

A me faire traiter comme un coupable alors que je voulais juste prévenir, vous arriveriez presque à me convaincre de passer mon chemin, la prochaine fois.

Néanmoins, il fallait admettre que Lao Zi se sentait soulagé d’apprendre que la bombe n’était pas enclenchée même si finalement, compte tenu des petits secrets que faisait visiblement la police, il était permit de douter qu’elle lui dise toute la vérité. Lao Zi récupère son stylo dans un petit soupire un rien agacé, pas contre la capitaine mais contre toute cette mauvaise situation. En tout cas, Baek et Il Nam l’encourage soudainement à sortir et Lao Zi fait remarquer :

Voilà bien la seule chose sur laquelle vous êtes parvenu à vous mettre d’accord.

Mais qu’ils se rassurent hein : Lao Zi ne comptait pas faire de vieux os dans le coin ! De fait, récupérant son sac qu’il passe sur une épaule, Lao Zi vient brièvement étreindre de manière toute amicale Il Nam avant de se tourner vers la femme, la saluant avec respect malgré tout.

Au plaisir.

Ou pas, vu les circonstances dans lesquelles ils s’étaient rencontrés… !


Citation :
Bon, je me voyais pas justifier le fait que Lao Zi veuille absolument rester donc je vous laisse finir à deux xD
Merci ! ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Nov 24 2013, 04:20

Intérieurement, Soo Mee se promit de retourner à la salle de sport de la brigade, sa force inexistante en devenait presque navrante et cela n’en sera que plus flagrant au fil du temps. Fouillant rapidement le sac du jeune chinois, elle le reposa assez vite avant de lui jeter un regard. Elle se retient de grimacer, combien de fois on lui avait déjà posé cette question déjà ? Elle était une femme, petit gabarit, une voix plutôt douce malgré qu’elle sache faire valoir son autorité et rien qu’avec ça, on avait des doutes sur son appartenance à la police. « Oui je suis bien de la police, capitaine à la brigade anti-terroriste. » Et pour confirmer le tout, elle sortit sa plaque qu’elle lui montra pendant quelques secondes le temps qu’il vérifie à sa guise avant de la ranger de nouveau. Elle retient mentalement le nom du restaurant qu’elle confirmerait un peu plus tard, de toute façon, elle avait son identité, s’il avait menti, elle le retrouverait facilement, quoi que il n’avait pas l’air d’être le genre de personne à mentir comme ça. Elle jeta un coup d’œil à son ami qui était un peu trop fier pour elle et qui confirma les dires, approuvant son métier de restaurateur. Un simple signe de tête comme remerciements et elle suivit le démineur qui était venu la trouver après son analyse. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle découvrir une vraie bombe. Elle qui avait l’habitude des fausses alertes, ça la changeait, mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait paniquer. Il ne manquerait plus que ça. En tout cas, la bombe n’est vraisemblablement pas en marche, lui manquant un branchement afin qu’elle fonctionne, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y en aurait pas ailleurs dans le centre commerciale. Un travail aussi long sur une bombe pour juste la poser comme ça ? C’était plus qu’inquiétant. Encore un terroriste qui allait vouloir jouer au plus malin avec la brigade.

La jeune femme donna quelques ordres au démineur, deux équipes supplémentaires et une fouille complète du magasin. Mais d’abord, il allait falloir commencer à évacuer les civils et les commerçants dans le calme. Avant de retourner voir les deux jeunes hommes, elle alla donner le nom du restaurant de Lao Zi aux vigiles et on lui confirma qu’il existait réellement. Retournant près du banc, elle libéra le jeune chinois, sa remarque ne l’étonna pas. Elle soupira doucement tout en lui rendant son stylo. « Tu as raison, les vigiles des lieux publics sont vraiment à cran, mais son attitude envers toi alors que tu venais juste le prévenir n’est pas acceptable. Il n’aurait pas dû te menotter, je m’excuse pour lui. » Elle lui pose ensuite une question avant de lui conseiller de sortir du centre commercial. Elle jette un coup d’œil à son ami qui lui dit de sortir également, précisant qu’il a des courses à finir. Haussant un sourcil, son attitude lui semble assez bizarre pour une personne qui sait qu’une bombe, même non enclenchée, se trouve dans le bâtiment. Ne commentant pas, la jeune femme attend une réponse de la part de Lao Zi qui ne vient finalement pas. Alors qu’il commence à partir, elle le retient. « Attendez. Vous ne m’avez pas répondu. Je conçois que votre expérience n’aide pas à ce que vous nous aidiez de nouveau, mais j’aimerais une réponse tout de même. Je répète : Quand vous êtes descendu dans la cage de l’escalator, est-ce que vous avez vu quelqu’un s’en éloigner ou une personne qui stagnait aux alentours ? » Regardant les vigiles près de l’accueil, elle décida de s’occuper de l’évacuation en même tant. S’il y avait d’autres bombes et que celles-ci étaient enclenchées, il n’y avait pas une minute à perdre. « Tenez, suivez-moi s’il vous plait. » dit-elle à l’attention de Lao Zi. La jeune femme s’arrêta devant l’accueil, s’adressant à l’hôtesse. « Bonjour, je suis de la brigade anti-terroriste. Il va falloir faire évacuer le centre commercial s’il vous plait. Pour éviter la panique générale, je vous conseille de prétexter une fuite de gaz. » Elle précisa en voyant son air paniqué. « Restez calme lors de votre annonce s’il vous plait. » Hésitante tout d’abord, Soo Mee dut lourdement insister pour que la jeune femme fasse l’annonce au micro. Elle se tourna ensuite vers les vigiles. « Il faudrait visionner toutes les caméras de surveillance. Repérez l’activité près de la cage de l’escalator et tentez de trouver tout comportement suspect. Un agent de la brigade vous aidera. » D’ailleurs la première brigade dépêchée sur place suivit les ordres du chef de l’équipe afin d’aller repérer les lieux les plus probables pour cacher une bombe. Elle jeta un coup d’œil aux civils, qui malgré l’annonce avaient l’air de vouloir finir leurs achats avant de quitter les lieux. Elle soupira. Cette journée ne serait définitivement pas de tout repos.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Nov 24 2013, 12:22

Il Nam savait qu'il avait l'air suspect à agir comme cela mais il s'en foutait. Il n'allait pas faire le paniqué pour les doux yeux de la brigadière. Et cela paraîtrait encore plus bizarre qu'il agisse de la sorte. Le terroriste était quelqu'un de froid ainsi qu'un « je m'en foutiste » de première, enfin il cachait tout au plus profond de lui. Son entourage l'importait peu il voulait simplement le bonheur de son protégé qui était l'une des personne qui lui était chère. Voilà pourquoi il dévisagea la chef de brigade lorsqu'elle demanda à Lao Zi de venir avec elle, c'était de la folie de l'emmener avec elle alors que la bombe, que dis-je, les bombes ne tarderaient pas à exploser. Il fixa son ami pendant un instant comme pour lui dire de ne pas la suivre car cela pourrait être dangereux pour lui, malgré cela il n'avait pas vraiment l'air de vouloir l'écouter.

Le terroriste se détacha du petit et malgré l'annonce il s'en alla déambuler dans les magasin. Bien évidemment la séance shopping urgente n'était qu'une excuse pour pouvoir vérifier l'activité de la brigade anti-terrorisme. Quoi qu'il fallait que Il Nam se rachète quelques petites choses tels que des pattes ou encore du riz pour pouvoir se nourrir jusqu'au minimum la fin du mois. Même un « badman » devait se nourrir, il était humain et cela était donc normal qu'il se nourrir.

Il Nam savait que les vigiles ou la femme de la brigade allaient le surveiller après avoir remarqué ses agissements étranges mais il s'en fichait royalement. Même si l'on venait à découvrir que c'était lui qui avait posé ces bombes et mit le chaos dans tout le centre commercial, pas encore mais cela ne saurait tarder, il saurait s'enfuir ainsi qu'échapper aux autorités. Pendant qu'il s'enfonçait dans les rayons destinés à la nourriture, il savait que tout le monde s'activait pour rechercher les autres bombes qu'elles soient activées ou non. S'il ne se trompait pas, ils iraient d'abord vérifier dans les toilettes, là où se trouvait la seconde bombes qui était aussi fausse que la première que Lao Zi avait trouvé un peu plus tôt.

Après avoir acheté sa petite réserve de nourriture, il mit tout dans son sac avant de se mettre à suivre discrètement les autorités anti-terrorisme à la recherche de ses précieuses bombes dont il avait mit un mois à fabriquer. Ce serait vraiment dommage que les trois vraies bombes n'explosent pas vu tout les efforts qu'il avait mit dans celles ci. Il Nam voulait se faire discret cependant il se fit rapidement remarqué par son ami Lao Zi lorsqu'il avait tourné la tête. Il devait sûrement se demander ce que le sud-coréen faisait ici.

« Pssst, Lao Zi vient voir. » Lui dit-il dans un chuchotement à peine audible. « Il faut que tu sortes c'est dangereux. » continua le terroriste.


Spoiler:
 



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Sam Nov 30 2013, 01:59




Ha oui… Capitaine de la brigade anti-terroriste… Ca avait l’ai important… Et elle avait surtout l’air vexé qu’il ait douté. Disons que Lao Zi pensait qu’ils les faisaient un peu plus… Baraqué peut être, dans ce genre de section. Visiblement pas. Il saurait s’en rappeler vu le souvenir quasi impérissable que Baek était en train de lui laisser. Ceci étant dit, le chinois avait quand même apprécié les excuses de la jeune femme. Tout le monde ne s’en serait pas fendu à sa place et sûrement même qu’il aurait pu tomber plus mal avec un vieux grincheux ou un sale con qui s’était levé du pied gauche et qui aurait vite fait classé l’affaire en se servant de lui comme d’un bouc émissaire.

Sauf que dans sa hâte de partir, Lao Zi avait un peu zappé de répondre à la demoiselle (il ne voyait pas d’alliance à son doigt qui lui permettrait de dire « dame » !) et le Capitaine Baek avait eu tôt fait de le rattraper ! Il avait tout de même réussit à oublier de répondre à la question qui était probablement la plus importante, c’est dire comme il n’avait plus qu’une hâte : se sauver de là ! Mais ce n’était vraisemblablement pas pour tout de suite et bien que ça l’agace un peu, Lao Zi vient réfléchir à la question… Avant de hausser les épaules, admettant :

Je ne sais pas, je ne faisais vraiment pas attention à ce genre de choses…

Un centre commercial, pour quelqu’un comme lui, c’était rempli de gens, normal quoi… C’était comme demander si on avait noter le numéro d’une plaque d’immatriculation quand on manquait de se faire renverser genre. Qui pensait vraiment à regarder, à part éventuellement quelqu’un d’entraîné ?

Lao Zi soupire en se rendant compte qu’il n’en a pas finit… Et suit la Capitaine qui décide finalement de faire évacuer l’endroit. Bonne décision à ce qu’il lui semblait enfin. Aucune idée de ce que lui-même faisait encore là… Mais de toute façon, avec le centre d’achat qui allait se vider assez vite, il supposait qu’il ne ferait pas de vieux os ici. De manière égoïste, Lao Zi commençait à se dire que la prochaine fois il enverrait un employé faire ces quelques courses !

Ca donne envie de rester enfermer chez soit. On est vraiment vulnérables, n’est-ce pas ? Vous devez en voir des vertes et des pas mûres. Je n’envie pas votre métier.

De son côté, Il Nam avait prétexté vouloir faire une dernière course avant que tout ne soit bouclé. Franchement, Lao Zi avait été soufflé par tout ce sang froid dont il faisait preuve dans un moment pareil. De fait, il s’était contenté de suivre la jeune femme, supposant qu’elle lui laissait juste un peu de temps pour essayer de se souvenir de quelqu’un… Peut être que s’ils tombaient sur quelqu’un de louche, elle espérait que son visage lui soit familier… Il en doutait mais bon, pour maintenant il était prêt à tout pour que ça se termine dans les plus brefs délais quoi !

Vous allez faire venir des chiens capables de renifler les explosifs ? Ou des appareils spécifiques qui détectent ce genre de choses ?

C’est comme ça qu’on faisait non ? Ou alors il avait un peu trop regardé les experts à la télé ? En tout cas pour les chiens il était presque sûr… Et il préférait ne pas songer au fait que d’autres chiens étaient dressés à retrouver les corps sous les décombres après les explosions de bombes, justement…

Lao Zi en est dans ces considérations un peu glauque lorsqu’on le tire un peu de ses pensées. Le centre commercial devait être pour ainsi dire vide à présent et il est donc surprit de voir… Il Nam ! A demi camouflé un peu plus loin, comme un voleur… Lao Zi profite du fait que la Capitaine soit entré dans un magasin parler avec un de ses hommes pour aller à sa hauteur, signalant :

Il Nam ! Tu devrais être sortit ! En plus à te cacher de cette manière, tu vas juste avoir l’air louche et tout le monde va te tomber dessus !

Le chinois jette un coup d’œil par-dessus son épaule pour voir si la jeune femme sortait du magasin, expliquant à son compagnon :

Du coup, moi aussi j’aurais l’air louche si on nous voit…

De fait, Lao Zi ne laisse pas trop le temps à Il Nam de réfléchir à la question, attrapant son bras pour commencer à l’entraîner vers Baek.

Viens, elle comprendra si tu es revenu en te faisant du souci pour moi. Je crois que nous en aurons bientôt terminé.

Et d’ajouter, vraiment dépité :

Je ne comprends pas le genre de message que véhicule ce genre d’action terroriste. Ce sont toujours les innocents qui paient les pots cassés, j’ai l’impression…




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Mer Déc 11 2013, 11:41

Le centre commercial commençait à se vider, lentement. Une fuite de gaz n’effrayait pas vraiment certains clients, mais la jeune femme ne se voyait pas gérer une panique de plusieurs centaines de personnes si une alerte à la bombe avait été lancée. Elle jeta un coup d’œil à Lao Zi qui était à quelques pas d’elle et qui lui avait affirmé n’avoir pas fait attention aux personnes qui auraient pu être proches de l’endroit où il avait trouvé la bombe. Peu de personnes songeaient à faire attention autour d’eux quand le danger n’était pas pressenti, craint.  Mais au cas où, elle lui avait demandé de la suivre. Elle parla un moment avant la réceptionniste qui avait passé l’annonce et qui avait eu un appel de son patron lui demandant des explications et Soo Mee avait dû s’entretenir un moment avec lui pour éviter qu’il n’incendie ses employés. Reposant le téléphone, elle jeta de rapides coups d’œil aux quatre coins du centre commercial avant de regarder le jeune homme qui avait repris la parole, s’adressant à elle. Elle hocha la tête en souriant légèrement. De moins en moins de personnes désiraient faire le métier des officiers de la brigade antiterrorisme. Heureusement qu’ils avaient l’assurance d’une aide fournis par Arès et Athéna. « Oui, on est tous vulnérable à un moment ou à un autre. » Et les terroristes ne faisaient pas exception. « Oh oui, vous n’avez pas idée. Pour l’instant, ça se déroule plutôt bien. On a évité la panique générale en ne parlant pas de bombes. » Elle lui sourit gentiment avant de s’adresser à l’équipe de déminage qui venait aider celle déjà sur place et qui avait déjà commencé à repérer les lieux. Celle-là avait deux chiens avec elle et elle en fit envoyer un à l’étage, tandis que l’autre restait au rez-de-chaussée. Une troisième équipe devait arriver dans peu de temps.

Les laissant s’éparpiller dans le centre commercial, elle se retourna vers le jeune chinois « On a déjà des appareils qu’utilisent les équipes de déminage. » Elle lui montra du doigt une des machines que tenait devant lui un agent, effectuant le même mouvement de demi-cercle en avançant. « Et une équipe vient d’arriver avec des chiens. S’il y a d’autres bombes, on les trouvera. » Elle espérait égoïstement qu’il y en ait d’autre, ne voulant même pas songer aux remontrances auxquels elle aurait droit si jamais elle avait fait venir trois équipes de déminage avec chiens pour rien. Si elle se référait au compteur de la première bombe, il leur restait un peu moins de deux heures si jamais il y en avait d’autres et que celles-ci étaient en état de marche en bonne et due forme. Alors qu’on l’appelait dans un magasin. Elle jeta un bref regard au jeune restaurateur avant de se diriger dans le magasin, une boutique de jardinage. Un des chiens s’agitait devant un sac de terre. « Vous avez trouvé quelque chose ? » Un bref hochement de tête de la part d’un agent qui tenait une machine, la jeune femme s’avança, jetant un bref coup d’œil à la terre au sol et regarda le sac. Nouvelle bombe, et qui semblait être la même que sous l’escalator. C’était évidemment la même personne qui les avait construites. Elle inspira profondément avant de s’adresser à la personne qui avait examiné la première bombe. « Elle marche ? » Le compte à rebours fonctionnait, comme pour l’autre. D’apparence, elle était prête à exploser dans une heure et quarante-cinq minutes. « Oui, celle-là est branchée. On s’en occupe. » Elle hocha la tête observant le maître-chien récompenser l’animal avant de sortir du magasin, suivie par Soo Mee qui laissa faire l’équipe de déminage.

Le centre commercial semblait vide, mais quelques clients semblaient encore déambuler, mais se faisait gentiment et rapidement indiquer la sortie par les agents, les pressant un peu à sortir. Retournant vers l’accueil, elle aperçut Lao Zi avec l’autre jeune homme de toute à l’heure et elle prit conscience qu’elle ne lui avait même pas demandé son nom. Fronçant légèrement les sourcils, elle retourna vers les deux jeunes hommes. Elle se tourna tout d’abord vers l’ami de Lao Zi. « Je pensais que vous étiez déjà sortis monsieur … ? » Non pas que son nom l’intéressait plus que ça, mais elle voulait juste savoir s’il allait lui donner sans rechigner. Se tournant vers Lao Zi, sa voix un peu cassante devient un peu plus douce. « Est-ce vous avez besoin de récupérer des affaires dans votre magasin ? Nous pouvons aller les chercher si vous voulez. Ensuite vous pourrez sortir. » Elle jeta un coup d’œil à l’autre jeune homme. « Et vous aussi. Cette fois-ci, on va vous aider à trouver la sortie.» Qu’il n’aille pas de l’autre côté quand elle avait le dos tourné pour une raison inconnue. « J’imagine que tomber nez-à-nez avec une bombe ne devrait pas vous enchanter non ? » Elle jeta un coup d’œil rapide à l’équipe dans le magasin de jardinage. Si les agents faisaient un seul mauvais geste, ils feraient sauter le magasin entier, non sans entrainer quelques fondations en même tant. Elle entendit vaguement le grésillement du talkie-walkie que tenait l’agent qui sous-dirigeait les opérations, mais ne s’y formalisa pas pour l’instant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Mer Déc 11 2013, 23:43

Il Nam était assez amusé par la réaction de Lao Zi lorsqu'il remarqua sa présence. C'est absolument ce que le terroriste recherchait, se faire passer pour quelqu'un de louche, juste par pure provocation car il n'appréciait guère le capitaine de la brigade anti-terrorisme. De toute façon, si on recherchait des information sur lui on ne trouverait que l'identité d'un jeune homme banal : Cha Il Nam, 25 ans, mécanicien. Il avait eu le temps et le loisir de se créer une identité ainsi que des alibis concernant celle-ci, le terroriste ne craignait donc en aucun cas d'être arrêté. Il jouait un perpétuel jeu avec la brigade.

Lao Zi avait bien raison, le sud-coréen se faisait véritablement du soucis pour lui. Il craignait que tout explose avant l'heure et qu'il n'ait pas le temps de s'enfuir à temps. Il s'en foutait de son propre sort cependant  il voulait tout faire pour que son petit protéger soit en sécurité le plus vite possible. Il Nam se laissait tirer par le jeune chinois jusqu'à l'entrée du magasin de jardinage où l'expert en explosif avait posé sa toute première bombe qui allait exploser. « Et merde » se dit-il, les démineurs avaient trouvé sa bombes heureusement pour lui, il restait encore deux autres explosifs en marche qui n'attendaient plus que la fin du compte à rebours pour laissé échapper un spectacle qu'il jugeait de toute beauté et qui allait répandre la terreur dans toute la Corée du Sud.
Le sud-coréen allait répondre à ce que disait le restaurateur, si les intentions des terroristes, en faisant de simples suppositions, ne voulant pas dévoiler sa couverture, cependant il n'eut pas le temps la jeune, belle et agaçante capitaine Baek refaisait son entrée pour le plus grand bonheur de Il Nam qui s'en donner à cœur joie pour la provoquer un petit peu. Elle lui faisait comprendre indirectement qu'il devait lui donner son nom et ce fut avec un léger et arrogant sourire en coin qu'il répondit d'une voix toujours froide :

« Cha Il Nam. Oh certes j'aurais dû sortir, certes, certes, mais pas sans Lao Zi. »

Lorsqu'il prononçait le nom de son protégé, il avait un regard bienveillant sur le jeune homme  avant d'attraper son poignet assez possessivement pour montrer qu'il tenait beaucoup au jeune chinois. On entendait dans la voix du capitaine qu'elle ne portait pas le terroriste dans son cœur mais qu'elle ce rassure cela était tout à fait réciproque.
Lorsque la femme lui dit qu'on l'aiderait à trouver la sortie, Il Nam dit une révérence et se mit à lui répondre de façon très poli et moqueuse tout en lâchant le poignet de son ami :

« Oh mais que cela est aimable à vous ma-da-me, je pourrais me perdre facilement dans ce labyrinthe, je ne saurais si il faut monter ou descendre pour sortir. »

Lao Zi allait encore s'inquiéter car Il Nam provoquait le capitaine, c'était sûr et certain, mais qu'est-ce qu'il trouvait cela distrayant de se foutre littéralement de la gueule d'une chef de brigade anti-terrorisme. La dernière question de la femme manquait de faire rire le créateur de ces bombes au contraire cela 'enchantait le coréen de se savoir nez-à-nez avec ces explosifs, il adorait toucher à ces engins sans pour autant les faire exploser en sa présence.

« Vous me faites rire capitaine, pourquoi aurais-je peur d'une bombe alors que je vais sortir pour sauver ma peau avant que tout n'explose ? Mais pour ce faire il faudrait que je sache dans combien de temps elle explosera... Quoi que non en fait je n'ai pas peur de la mort non plus. »

Il savait que cela aurait des conséquences mais il aimait cela : provoquer, répliquer, contredire quelqu'un. Après tout une vie sans danger était une vie ennuyeuse pour lui.
Il ne restait plus qu'une heure et quarante minutes avant que le véritable spectacle commence.

Spoiler:
 



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Déc 29 2013, 17:13




Lao Zi était resté un peu dans le coton, se contentant d’acquiescer. Il avait beau critiquer, cette femme connaissait assurément mieux son métier que lui. Pourtant, là tout de suite, le chinois préférait réellement son propre métier à celui de la jeune femme. La vie n’était pas facile tous les jours et il n’était pas forcément super bien lotit… Mais risquer sa vie à chaque jour ce n’était franchement pas pour lui. Lui n’aspirait qu’à une vie simple, douce et belle… Sa sœur avait déjà payé le prix du sang des actes terroristes et il en avait perdu de vue son neveu… Autant dire que le terrorisme lui avait prit ce qu’un gouvernement indolent n’avait pas encore saisit dans ses droits les plus constitutionnels.

Nouveau hochement de tête lorsque le capitaine Baek lui explique un peu ce qui se passait… Et histoire de ne pas se contenter d’être là à rien faire, Lao Zi tente de réfléchir un peu aux gens qu’il avait bien pu croiser. Mais rien. C’était un peu le néant. Toutefois une autre bombe est trouvée est Lao Zi a un petit frisson désagréable.

Vous allez pouvoir la désamorcer ?

Et aussi, question pertinente à son avis :

Vous pensez qu’il y en a combien ?

C’était inquiétant de se dire qu’ils ne sauraient pas le chiffre exact. Et s’ils en oubliaient une ? Ca donnait envie de ne plus jamais revenir. Au fond, une bombe n’avait pas besoin d’exploser pour créer de la terreur…

Avec le retour d’Il Nam il y avait eu également le retour de la petite joute verbale entre le capitaine Baek et lui. A croire qu’ils étaient ennemis naturels et qu’essayer de mettre de l’eau dans leur vin n’était pas possible. Baek tentait de se donner de l’importance, Il Nam provoquait… Cette histoire allait mal finir et Lao Zi aurait donné cher pour être dans son restaurant à ce moment précis.

Heureusement, la policière lui offre une porte de sortie… Et Lao Zi a un soupire de gratitude dans sa direction.

J’aurais souhaité vous être plus utile. J’ai encore du mal à bien comprendre ce qui se passe…

Du moins à le réaliser. Ca lui semblait encore complètement surréaliste et il ne pourrait bien assimiler cette situation qu’avec un peu de recul. Lao Zi tourne ensuite la tête vers Il Nam, lui demandant d’un regard s’il comptait partir en même temps que lui… Mais puisqu’il n’avait pas encore remercié :

Merci d’être venu me chercher. Mais je pense qu’on devrait les laisser travailler à présent. Espérons que personne ne soit blessé…

Lao Zi vient poser une main sur le bras d’Il Nam histoire de l’encourager à ne pas jeter d’avantage d’huile sur le feu.

Ne vous disputez pas, cette situation est déjà terriblement stressante, vous êtes tous les deux sous pression…

C’était normal d’être à cran. Lui aussi l’était… Mais Baek comme Il Nam avaient tous les deux des personnalités extrêmement fortes et… Voilà, c’était un peu le choc des titans quoi.

Allons-y. Et bon courage à vous, capitaine.

Il n’y avait rien qu’ils puissent faire ici de toute façon. Ce n’était pas comme s’ils s’y connaissaient en bombes…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Ven Jan 24 2014, 22:44

Soo Mee entreprit de rassurer un minimum Lao Zi, mais elle n’en savait pas plus que ça pour l’instant. Les équipes de déminage et elle allaient marcher à l’aveugle malheureusement, bien heureusement deux chiens étaient présents et ils avaient plus de chance de toutes les trouver. Elle espérait qu’il n’y en avait quand même pas vingt. Comment ont-elles pu être déposées sans que personne n’ait rien remarqué alors que tout le pays est dans un état de paranoïa constant ? « Ne vous inquiétez pas, les bombes seront mis hors d’état de nuire rapidement, nos équipes de déminage s’en occupent. Quant aux nombres … je n’en ai pas la moindre idée, il pourrait très bien n’y en avoir que deux ou même huit. » Elle releva la tête, apercevant le jeune homme provocateur de toute à l’heure qui s’approchaient d’eux alors qu’elle lui avait expressément demandé de quitter les lieux.

Elle garda le regard fixé sur l’ami de Lao Zi qui, enfin, se présenta. Cha Il Nam. Elle allait garder ce nom en tête, c’était peut-être une fixation, mais elle était sûre qu’il y avait quelque chose. Elle retient une forte envie de lui mettre les menottes lorsqu’il décida de jouer avec ses nerfs, se fichant bien d’avoir désobéi à l’ordre d’évacuation générale du centre commercial. « Achetez-vous un GPS la prochaine fois que vous viendrez ici. » dit-elle simplement d’une voix cassante. Elle n’allait pas s’énerver, non elle n’allait pas. Elle avait autre chose à faire que s’épuiser les nerfs à cause d’un petit con pareil. Trouver toutes les bombes, enclenchées ou non, était la priorité. Ses yeux passèrent de Lao Zi à Il Nam alors qu’elle les incita à quitter le centre commercial, pour de bon cette fois-ci. Son regard s’ancra de nouveau sur ce dernier qui ne loupait pas une occasion de provoquer. Elle ne comprenait pas son comportement, la plupart se ferait tout petit afin de ne pas se faire remarquer. C’était limite suicidaire comme attitude. Elle resta silencieuse un moment. « Hors de ma vue. » Elle se tourna ensuite vers le jeune chinois et le rassura sur son utilité avant de le remercier. « Merci, vous retrouverez bientôt votre magasin Mr Han. » Et pour s’assurer qu’ils quittent bien les lieux cette fois-ci, elle interpella un agent pour qu’il les raccompagne vers la sortie, son regard suivit particulièrement Il Nam avant de finalement rejoindre les équipes de déminage sur le terrain.

Bon, deux bombes avaient été trouvées, seulement  une était activée pour l’instant et en cours de désamorçage. Elle espérait réellement qu’il n’y en ait pas huit, deux suffisaient amplement. Et pourtant le talkie walkie grésilla : une autre équipe venait de trouver une bombe. Elle se dirigea rapidement vers le lieu, les toilettes pour hommes. Elle aperçut au passage une autre équipe qui venait d’être rejointe par un chien. Arrivant près des toilettes, l’autre chien qui avait déniché la bombe dans ces lieux attendait avec son maitre devant la porte. « Vous pouvez repartir dans le magasin, pour voir si d’autres bombes ont été placés. Il y a une équipe au rez-de-chaussée qui examine les magasins. » Elle rentra dans les toilettes et s’approcha de l’équipe, l’un des hommes examinait attentivement la bombe sans faire le moindre faux mouvement qui pourrait à tous leur coûter la vie. Elle avait l’impression que le temps semblait être au ralenti, les minutes passèrent plus longues les unes que les autres. Finalement le verdict tomba. « Elle n’est pas en marche. » Soo Mee souffla de soulagement, sans doute en écho avec les autres agents. « Bien que certains s’occupent du déplacement de celle-là, les autres allaient aider les autres équipes. » Elle passa la porte et fut aussitôt appelée par un agent qui était devant un magasin assez coloré. S’avançant, elle jeta un bref coup d’œil à l’enseigne. Un magasin de jouet pour enfant. Elle se retient de grincer des dents. Quel monstre osait mettre une bombe dans un magasin ou des centaines d’enfants passaient chaque jour ? Rentrant dans le magasin elle suivit l’agent et aperçut un des chiens, reconnaissant celui qui avait trouvé celle dans le magasin de jardinage. Que feraient-ils sans eux réellement ? On pouvait dire ce qu’on voulait, mais ils étaient très utiles et très bien dressés. Apparemment une bombe était dissimulée dans un étalage d’ours en peluche. Elle se retient de faire un commentaire acerbe sur les terroristes en général et attendit patiemment que les démineurs fassent leur travail.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Jan 26 2014, 15:23

Il Nam aimait défier la jeune brigadière avec ses paroles qui pouvaient le faire passer comme suspect. Il savait que ce qu'il disait pouvait se retourner contre lui à tout instant mais il s'en foutait pas mal car cela l'amusait plutôt qu'autre chose. Puis il n'avait plus rien à faire maintenant il fallait seulement qu'il attende quelques minutes avant la fin du compte à rebours pour quitter les lieux et se mettre à l’abri avant le feu d'artifice final. Il ne voulait cependant pas se faire arrêter maintenant voilà pourquoi il décida de raccompagner son ami jusqu'à la sortie, faisant mine que lui aussi partirait sachant pertinemment qu'il reviendrait observer discrètement le travail de la belle chef de brigade. Il savait qu'elle n'arriverait pas à les désactiver toutes, enfin il espérait. L'explosion ferait un magnifique spectacle pour le jeune homme. Il verrait des corps sortir blessés en criant, synonyme d'une victoire dans sa vengeance contre le gouvernement. Certes c'était mal de sacrifier des innocents pour se venger mais Il Nam n'avait pas trouver de meilleurs solutions. Ils n'avaient qu'à pas se trouver sur le lieu de l'attentat, ils n'avaient qu'à être bien au chaud chez eux pardi !

Le terroriste sorti du bâtiment, tenant le bras de son ami, il le raccompagnait jusqu'à sa voiture avant de lui faire signe. Pour ne pas attirer les soupçons du restaurateur, Il Nam se dirigea vers son automobile avant de dévier sa trajectoire et rentrer dans le centre commercial. Pas par la porte d'entrée habituelle bien entendu car on ne l'aurait laissé rentrer. Il fit le tour de l'endroit et pénétra par la porte dédiée aux employés. Personne n'était là tous avaient évacué par chance. Mettant sa capuche noir, le plus vieux fouilla dans son sac, à l'intérieur se trouvait le détonateur des bombes. Il s'en servirait si cela tournait à son désavantage cependant il préférait observer pour le moment. Il aperçu l'équipe rejoindre le magasin de jouet où il avait caché une bombe dans un adorable ours en peluches. « Maudits chiens. » pensa-t-il avant d'observer l'équipe ainsi que de les rejoindre en toute discrétion.

Il ne restait plus beaucoup de bombes à dénicher, Il Nam allait devoir s'occuper du reste cependant en sortant son détonateur ce dernier tomba de ses mains. « Merde » se chuchota-t-il. Il savait que si la brigade trouvait ce boîtier, ils pourraient désactiver toutes les bombes d'un coups. Mais il n'eut pas le temps de ramasser le détonateur car l'un des chien grognait en sa direction. Pour ne pas se faire repérer, le terroriste alla se planquer dans l'arrière boutique du magasin de jouets prenant soin de se cacher comme il le fallait jusqu'à ce que l'équipe quitte cette boutique pour gosses.

Spoiler:
 



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Dim Jan 26 2014, 20:12

Soo Mee ne savait pas si elle devait être contente d’avoir trouvé quatre, dont deux étaient désactivées, la nature de la dernière trouvée étaient encore en suspens. Combien il y en avait encore ? Elle hésitait à faire venir une autre équipe canine, deux chiens semblaient suffire pour l’instant. La bombe sous l’escalator avait été déplacée et celle dans les toilettes pour homme ne tarderait pas à l’être. Celle dans le magasin de jardinage devait d’abord être désarçonnée. « On l’a trouvé, elle est dans cette peluche. » Elle reprit ses esprits et tourna la tête vers l’équipe de déminage. Il avait littéralement décapité une peluche dont le ventre cachait une bombe. « Activé ou pas ? » Elle attendit quelques minutes supplémentaires avant d’avoir la réponse. « Oui, on s’en occupe Capitaine. Elle affiche au miniteur une heure et vingt-quatre minutes » Elle soupira, tout en faisant un petit signe de tête avant de sortir du magasin. S’approchant des rambardes, elle regarda la petite foule formée par les équipes au rez-de-chaussée. Elle maudit silencieusement Sang Hyeon d’être resté dans son siège à la brigade.

Elle allait redescendre quand le maître chien l’appela. Elle s’arrêta, le chien semblait grogner contre ce qu’il tenait dans la main. « J’ai trouvé ça par terre, dans le magasin de jouet. Le chien semblait agressif, il a aboyé et quand je l’ai laissé diriger, il m’a mené jusqu’à ça. On dirait une télécommande. C’est peut-être tiré d’un jouet, mais ça semble assez réaliste. » Elle lui fit signe d’attendre deux minutes, attrapant un gant qu’elle avait dans sa poche et récupéra la télécommande. « Merci, donnez du repos à votre chien pendant quelques minutes. » Elle tourna ensuite les talons pour redescendre.

Tenant la télécommande entre ses mains, sans faire trop de gestes brusques et en prenant soin de n’appuyer sur aucun bouton, elle l’examina rapidement. Elle était trop lourde pour être un jouet. La jeune femme appela la chef de l’équipe général de déminage, avec qui elle était venue au départ et lui montra la télécommande. « Un maître-chien a trouvé ça, dîtes moi que cela est reliée aux bombes et qu’on puisse toutes les arrêter afin d’éviter de vivre dans le doute de ne pas avoir trouvé toutes les bombes. » Elle lui confia et attendit, un peu impatiemment il fallait l’avouer, une réponse. Elle n’était pas spécialiste en déminage, mais depuis le temps qu’elle travaillait avec lui, elle avait appris pas mal de choses sur les bombes.  

Et finalement. « On dirait la même marque de fabrique que les bombes qui ont été trouvé pour l’instant. Je vais tâcher de voir comment elle fonctionne, pour ne pas appuyer sur le mauvais bouton. Il y en a un pour toutes les déclenchées en même tant et un autre pour toutes les désactivées en même tant. » La jeune femme soupira. « Tachez de ne pas vous tromper de boutons. Prévenez-moi de toute avancée. Ça devrait vous prendre combien de temps ? » Le chef d’équipe hésita quelques secondes avant de répondre.  « Je dirais entre 15 à 30 minutes selon la difficulté du mécanisme. » La jeune femme hocha la tête et tourna la tête lorsqu’une équipe l’appelait dans un magasin. Décidément, elle qui pensait lorsqu’on l’avait appelé que c’était une fausse alerte, au final, elle courrait partout. Elle jeta un dernier coup d’œil à l’homme qui tenait entre ses mains la télécommande, aidé par deux autres démineurs, qui tentaient de comprendre quel bouton pourrait les aider à se débarrasser de la crainte que les autres bombes restantes puissent exploser.

Spoiler:
 
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Jeu Jan 30 2014, 16:28

Il Nam entendait tout ce que disait la brigadière derrière la porte où il venait de se cacher. Hé merde ! Il venait de faire la plus grosse erreur de sa carrière, un erreur de débutant en plus. Il était bête d'avoir laissé tomber son interrupteur, il n'avait plus rien à espérer c'était foutu à présent, toutes les bombes allaient être désactivées sans qu'il n'ai rien pu faire. Le terroriste se maudissait intérieurement, il se détestait d'avoir fait une erreur si bête. Tout était perdu d'avance, alors que cette mission avait si bien commencé, le coréen n'aurait jamais dû sous-estimer la brigadière même si c'était de sa faute si la situation s'était retournée en leur faveur. « J'aurais ta peau la brigadière. » Pensa-t-il en observant la brigade d'intervention à travers le trou de la serrure.

Il attendait que les chiens partent pour enfin sortir en toute discrétion de l'endroit, il n'allait quand même pas pourrir ici jusqu'à ce que tout le monde foute le camps. Il tenait à observer l'avancé de l'intervention sachant pertinemment qu'il avait perdu la partie. Se faufilant entre les étalages, Il Nam réussit à passer derrière le comptoir pour attraper un morceau de papier ainsi qu'un stylo. Autant laisser un petit message amical à la jolie dame qu'il méprisait avant de partir. Le terroriste écrivit alors ce qu'il avait en tête avant d'aller glisser le tout sur un étalage de jeu de société. Il prit entre ses doigts une boite de monopoly avant de la faire exploser contre le sol attirant alors l'attention vers ce rayon qui paraissait tranquille. Il Nam n'eut le temps que de s'enfuir à nouveau derrière la porte de la réserve jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne dans les parages. Sa lettre n'était pas bien longue mais au moins elle était facile à comprendre :

« Félicitation, ma jolie. Vous avez sauvez le centre commercial. Mais la prochaine fois arriverez-vous à sauver votre propre vie et celle d'innocents ? » Disait ce petit mot.

Il Nam n'eut pas la patience d'attendre une quelconque réaction de la dame, il décida qu'il était temps pour lui de s'en aller. Il descendit les escaliers réservés aux employés pour retrouver l'extérieur. Le terroriste fixa de son regard noir le bâtiment avant de mettre les voiles.

Spoiler:
 



you're my angel
Don’t frown with that pretty face. If you’re not mad, don’t kill me don’t just say you’ll understand and that it’s fine don’t be mad, I want you to smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CAPITAINE
Emploi : Capitaine dans la brigade Anti-terrorisme △ Spécialisée en espionnage

MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   Jeu Jan 30 2014, 23:05

Soo Mee n’était pas à entièrement rassurée, trouver le détonateur qui pourrait être en mesure de désactiver les bombes restantes était une bonne chose. Mais il fallait pour l’heure trouver comment il marchait pour ne pas faire l’effet inverse et déclencher les autres bombes. Peu après avoir fait le point avec deux des équipes, elle était en train de se demander comment l’interrupteur avait pu se retrouver là, à la merci de tous. Soit tout ceci n’était qu’un jeu et le terroriste l’avait laissé intentionnellement ici, soit il était revenu alors qu’ils étaient en train de chercher les bombes et prévoyait de les faire sauter en remarquant que cela tournait en sa défaveur. Elle songea à renforcer la sécurité les prochaines fois par mesure de sécurité, on ne savait jamais. Après tout, ceci était une mise en situation réelle après des centaines de fausses alertes. Il fallait se réhabituer. La brigadière fut ensuite prévenue qu’une autre bombe avait été trouvée dans un magasin. Elle grimaça en songeant au nombre des bombes déjà trouvées, il n’y était pas allé de mains mortes. Elle se rendit dans le magasin en question et procéda au même rituel, savoir si la bombe était activée ou non, si non, la déplacer pour l’emmener dans les labos de la brigade, si oui, la désactiver au préalable avant d’effectuer le même déplacement. Ces bombes pourront peut-être leur donner des indices sur les matériaux utilisés et sur la signature du terroriste. Peut-être trouveront-ils des concordances avec d’autres attentat ou alerte à la bombe ?

En sortant du magasin, la jeune femme entendit de l’agitation à l’étage, les deux chiens présents aboyaient agressivement. Montant les escaliers, elle rejoignit le magasin pour enfants qu’elle avait quitté il y a peu alors qu’une bombe activée y avait été trouvé. Une partie de l’équipe de déminage planchait encore sur la bombe, un des hommes lui montra du doigt une partie du magasin. Elle y trouva sur place les deux chiens excités contre une boite de jeu renversé par terre. « On a entendu du bruit et les chiens sont devenus fous. Mais il n’y avait personne, juste ce jeu renversé. » Soo Mee haussa les épaules avant de s’adresser aux maîtres chien. « Allez à l’extérieur et calmez vos chiens, ils ont bien travaillé. » La jeune femme allait quitter l’endroit quand son regard aperçut un morceau de papier entre les différentes pièces du jeu étalées sur le sol. Elle se baissa et attrapa le morceau de papier. Il y avait une inscription dessus. « Félicitation, ma jolie. Vous avez sauvez le centre commercial. Mais la prochaine fois arriverez-vous à sauver votre propre vie et celle d'innocents ? » Ses yeux restèrent fixés sur ce qui était écrit. Il était revenu et il était reparti sans que personne ne le remarque. Ça l’agaçait plus qu’autre chose, même en sachant qu’elle avait réussi à sauver des centaines d’innocents. Enfin elle pouvait surtout remercier le jeune restaurateur chinois sans qui la première bombe n’aurait jamais été trouvée.

Se redressant, elle entendit qu’on l’appelait par le talkie-walkie. Quittant le magasin, elle redescendit au rez-de-chaussée et retourna près du chef d’équipe qui avait en charge la télécommande reliée aux bombes. « Alors ? Des nouvelles ? » Celui-ci hocha la tête. « On a percé le mécanique, il faut appuyer sur ce bouton pour stopper les bombes. » La jeune femme le regarda et avant de lui faire signe d’y aller, elle contacta tous les chefs d’équipe qui étaient en charge des bombes activées. « Reculez vous de plusieurs mètres et abritez-vous. » Elle attendit une minute avant de faire signe au démineur d’appuyer. On n’était jamais trop prudent. Il y avait une légère pointe d’inquiétude, mais hors de question de le montrer. Le démineur appuya sur le bouton et la jeune femme entendit distinctement le bruit du minuteur dans le magasin de jardinage. Mais aucune explosion. Soo Mee souffla, soulagée. « Bon boulot, comme toujours. » Elle reprit son talkie walkie. « Ramenez les bombes au rez-de-chaussée et continuez de fouiller le bâtiment pour voir s’il y en a d’autres. » La journée s’annonçait encore longue avec la fouille du centre commercial, mais au moins il n’y avait plus rien à craindre de cette alerte à la bombe. Aussi réelle qu’elle avait pu l’être.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Tick tack, tick tack. Can you save your life ? » ft. Han Lao Zi & Baek Soo Mee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miss Tick
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  :: 
After The War
 :: Corbeille :: RPs :: RP terminés
-