AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Lun Fév 24 2014, 18:33


Tu ignores le vide devant toi. Les vertiges et la peur, tu ne connais pas. Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers de la douleur et de la mélancolie, tout ira bien. s.h. & lina

QUAND LE PASSÉ SE MÊLE AU PRÉSENT

Je marche, encore et toujours, le vent fouettant mon visage. Le froid ne m'aura finalement pas dissuadée ce matin ; je me suis levée, prête à en découdre avec mon destin, prête à obéir aux ordres venus de mon quotidien. À la vue du mauvais temps, j'ai pourtant hésité à reporter cette journée - et cela aurait été une bien bonne nouvelle pour l'homme que je m'apprête à rejoindre -, mais je n'étudie pas pour apprendre à me désister avec finesse et lâcheté. L'on me demande, je me présente. L'on m'ordonne, j'exécute.

Emmitouflée dans mon pull-over, je ne peux m'empêcher de constater à quel point cette ville a changé. Je me souviens, il y a deux ou trois ans de cela, lorsque je dormais ci et là. Le soleil pointait haut dans le ciel et les murs n'avaient rien de terne, on ressentait la chaleur et l'activité des citoyens sud-coréens. De tout ça, il ne reste plus rien et je marche, désormais, avec discrétion et prévention. Ma mission, annoncée comme périlleuse, se trouve finalement être la plus dangereuse à ce moment précis: durant mon trajet entre Athéna et le quartier général de la brigade anti-terrorisme. Je ne ferai qu'une bouchée du reste.

Ressemblant plus à une ballade de complaisance qu'à une véritable possibilité d'apprendre, cette mission est même d'un monotone morbide. Ils ont besoin de tes services, l'homme ne veut pas parler est la phrase qui était supposée m'émoustiller et me donner l'envie de me rendre en ce lieu, mais idiots qu'ils sont, ils n'ont toujours pas compris. Je ferai ce qu'il y a à faire, sans plaisir, sans envie, mais méticuleusement.

J'arrive enfin, sans pour autant être pressée d'en finir. Je ne sais pas encore ce que je lui ferais et s'il me faudra faire durer la chose, ainsi sera-t-il. Mais l'homme parlera. Tout homme entre de bonnes mains parle, à un moment ou un autre. Et particulièrement dans les miennes. C'est une chose que l'on m'a dite, une fois: je sais me montrer persuasive. La raison de ma venue n'est due qu'à ça, d'ailleurs, et j'ignore si c'est plaisant ou non. J'ignore même le pourquoi de mes agissements et de mon obéissance, peut-être pourra-t-on m'éclairer, un jour.

Attendant toujours la venue de ceux qui doivent me conduire à ma cible, j'observe les murs dont le crépi s'effrite. Cet endroit a un petit quelque chose de différent, je ne peux que le trouver intime. Probablement suis-je la seule à le penser, qui sait. Mes pensées s'arrêtent pourtant, entendant des pas en ma direction. Le sérieux m'envahit et je me tiens droite. Je suis prête à travailler. Entrons dans le vif du sujet.
(c) Bloody Storm



Dernière édition par Heo Li Na le Mer Fév 26 2014, 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 02:58


quand le passé rencontre le présent # Li Na


Encore une journée interminable de travail... Je m'étais levé la mort dans l'âme, en sachant pertinemment comment allait se dérouler ma journée, bien que lorsque l'on fait partie de la brigade anti-terroriste, la routine n'existe pas. Si j'étais entré dans le métier, c'était simplement par pure haine pour les terroristes, mais il y avait des jours où je ne savais plus quoi faire, plus quoi penser. Moi qui avais toujours voulu voir les terroristes payer, moi qui n'avais jamais éprouvé aucune pitié à leur tirer dessus et à me montrer violent, voilà que j'hésitais. Ces moments de faiblesse étaient de plus en plus fréquents depuis que j'avais rencontré mon frère jumeau, Il Nam. Je l'aimais, certes, puisqu'il était mon frère, mais plus encore que cela, il m'attirait irrésistiblement, et je me sentais incapable de lui faire du mal ou de laisser quelqu'un le toucher. Et pourtant, il était mon ennemi... Je devais donc prendre sur moi... Et faire mon travail. En essayant de ne pas le trahir, lui.

Et voilà qu'à présent je me retrouvais debout, à m'ennuyer, un pistolet pointé sur la tempe d'un éventuel terroriste que nous avions arrêté, et qui était une source d'information certaine. Seulement, il ne voulait pas parler. Et c'était insupportable de devoir attendre qu'il daigne ouvrir la bouche, en sachant pertinemment que je n'avais pas le droit de lui tirer dessus. Je restais donc, le plus patient possible, à attendre cet homme muet comme une tombe qui refusait de parler. Finalement, les quelques collègues qui m'accompagnaient, car évidemment je n'étais pas seul, finirent pas se décider à appeler du renfort.

_ Il commence à faire chier, on a besoin d'un expert en torture, ce serait utile pour le coup.

Ouais, ils n'avaient pas faux. Nous n'avions plus qu'à attendre les prétendus renforts qui étaient censés nous débloquer et nous empêcher de rester comme des idiots à attendre, au point de rendez-vous fixé. Pendant qu'un des hommes qui nous accompagnaient restait avec le futur torturé, nous nous dirigions vers d'autres couloirs du quartier général, à l'endroit où nous étions censés retrouver la personne qui allait nous apporter un coup de main.

Je fus surpris en apercevant une jeune fille que je connaissais présente sur les lieux. Li Na... Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vue, et savoir que c'était à présent elle qui était spécialisée dans la torture me surprenait. Lorsque je l'avais rencontrée, elle n'était qu'une gamine, qui vivait dans la rue. Je me rappelais avoir voulu l'aider, mais elle avait refusé la main que je lui tendais, par fierté ou par goût pour la solitude, sûrement. Je l'avais néanmoins trouvée intrigante. Par sa débrouillardise, sa manière de faire les choses seule et de refuser l'aide. Et son côté mystérieux. Le fait qu'elle ne souriait pas vraiment, mais ne pleurait pas non plus. Je lui souris en m'approchant d'elle. Un sourire entendu, sans me présenter, sans voir si elle me reconnaissait, comme si c'était évident.

_ Bah tiens... Ça fait longtemps. Je ne m'attendais pas à te trouver là. murmurai-je.

Oui, elle était intrigante, même à présent. En fait, le fait qu'elle travaillait dans la torture ne faisait que m'intéresser encore plus. Je la revoyais, encore si jeune, seule dans les rues. Si jolie, elle semblait si fragile, et pourtant elle avait grandi en réussissant à survivre. Jusqu'à quand, je n'en savais rien. Je savais juste que même si on n'avait jamais fait ample connaissance, j'étais réjoui de la recroiser à présent.

_ Tu vois, t'as réussi à te débrouiller toute seule... En fait t'avais pas besoin de mon aide finalement ? repris-je sur un ton assez amical, tout en restant poli et courtois.

Puis, n'oubliant pas pourquoi nous étions ici, je me mis à marcher sans un mot en direction du lieu dans lequel le terroriste qui allait se faire torturer était détenu. D'un geste de la main, j'invitai Li Na à me suivre. Il fallait rester professionnel jusqu'au bout, même si la voir me faisait chaud au cœur. Sûrement parce que constater qu'elle avait réussi à s'en sortir et qu'elle avait grandi, et que, tel un grand frère trop attentionné, j'en était réjoui. Alors que nous ne nous connaissions pas vraiment, mais bon, j'avais tout de même essayée de l'aider dans le passé.

HRP. Désolée j'aurais pu répondre plus tôt >_< J'espère que ça te va, je trouve ça nul, perso XD

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 11:14


Tu ignores le vide devant toi. Les vertiges et la peur, tu ne connais pas. Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers de la douleur et de la mélancolie, tout ira bien. s.h. & lina

QUAND LE PASSÉ SE MÊLE AU PRÉSENT

Seung Hyun. Je n'aurais pas cru le voir ici, aujourd'hui. Cela fait si longtemps que nous nous sommes perdus de vue. De temps à autres, je me surprenais à penser à lui, me demandant s'il était toujours en vie ou si un terroriste l'avait déjà abattu sauvagement; ou encore s'il était rentré chez lui. Mais à le voir maintenant, il est clair que rien de tout ça n'est arrivé. Et j'ai comme l'impression de sentir un poids tomber de mes épaules. - Tu vois, t'as réussi à te débrouiller toute seule... En fait t'avais pas besoin de mon aide finalement ? À l'entente de ces mots, je réalise que je ne lui ai toujours pas répondu, m'étant contentée de rester pantoise depuis le début, à le fixer. Et je ne sais toujours pas quoi répondre, à croire que ma langue a disparu.

Il me fait signe de la main, me faisant sortir de ma transe. Je le suis instantanément et reprend mes esprits, répondant enfin à sa question qui était restée, jusque-là, sans réponses. - Toi non-plus, à ce que je vois. Tu t'es bien débrouillé. J'aurais voulu dire bien plus de choses, mais c'est tout ce qui veut bien sortir de ma bouche. Qu'importe. Être chaleureuse n'a jamais été mon fort et je pense qu'il l'avait compris, dès les premiers instants où l'on s'était rencontré. Je me souviens de ce jour, d'ailleurs, avec une précision effarante. Comme s'il était marqué au fer rouge dans ma mémoire.

Le silence est omniprésent et je ne pense même plus à la raison de ma présence ici. Je ne pense qu'à mon adolescence, à la proposition qu'il m'avait faite et au tournant que ma vie aurait pu prendre si je l'avais acceptée. Il est vrai qu'il avait quelque chose d'apaisant, de sécurisant et nombreux sont ceux qui l'auraient suivi. Moi, non. J'ai fait le choix qu'il fallait. Les choses se seraient certainement déroulées convenablement durant un temps et puis, il aurait fini par ne plus comprendre ma façon d'être. Et j'aurais dû lui expliquer, et ça aurait été trop compliqué. Définitivement, la compagnie n'est pas faite pour moi. J'espère qu'il le comprend toujours et qu'il ne fera pas l'erreur de vouloir reprendre contact. Je n'ai plus besoin d'aide, je n'en ai jamais eu besoin.

Nous nous arrêtons enfin et je le regarde, ma mine inexpressive toujours présente. - C'est ici? Dis-moi ce que vous voulez savoir et donne-moi dix minutes, tu auras tout ce que tu veux. Il y en a plus d'un que j'aurais refroidi avec ces quelques mots, mais je ne pense pas que ce soit son cas, à lui. Il ne m'a jamais paru étonné par mon comportement, ni même intolérant face à ça. Il ne m'a jamais demandé de sourire ou d'agir d'une manière différente, ce qui est désormais bien trop rare dans ce monde. À vrai dire, je crois même qu'il est, à ce jour, l'unique personne m'ayant laissé être moi-même. Et ce n'est pas désagréable.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 14:24


quand le passé rencontre le présent # Li Na


Elle était exactement comme lorsque je l'avais vue pour la dernière fois. Elle avait grandi, certes, car elle n'avait que quatorze ans à l'époque. Et pourtant, je la voyais toujours comme une enfant. Voir qu'elle était devenue adulte, et qu'elle s'en était sorti sans moi me réchauffa le cœur. Après tout, cela me faisait évidemment plaisir de voir qu'une brave fille comme elle ne finissait pas terroriste ou morte dans la rue... Elle ne bougeait pas, ne disait pas un mot. Dans un sens, cela ne m'étonna pas. Son visage semblable à un miroir tant il était lisse et vidé d'expression, je le connaissais déjà, et je savais qu'elle n'était pas du genre extravertie. Je n'avais aucune raison de vouloir la changer, et cela ne me gênait pas.

Elle me suivit lorsque je lui fis un signe de la main, la guidant vers la salle où se trouvait sa future victime. Elle me répondit sur un ton neutre, murmurant que je m'étais bien débrouillé. Pour rester en vie jusque là, voulait-elle sûrement dire. Je souris en coin. Je savais que venant d'elle, c'était à prendre comme un véritable compliment, non...? Je ne sus pas vraiment pourquoi, mais cela me fit plaisir. Après tout, j'avais toujours fait attention... Je prenais des risques, mais il était vrai que je n'avais jamais été réellement blessé dans mon métier. Et puis Il Nam m'aidait, dans un sens... Un silence s'installa, mais je n'y fis pas attention. Je me souvenais parfaitement du tempérament peu bavard de Li Na, je ne m'attendais donc pas à une conversation animée. Et ça m'allait comme ça.

- C'est ici? Dis-moi ce que vous voulez savoir et donne-moi dix minutes, tu auras tout ce que tu veux. murmura-t-elle d'un air inexpressif.

Je souris légèrement. Je ne doutais pas une seconde de ses talents en torture. Je ne savais pas vraiment ce que cela faisait, de devoir faire souffrir quelqu'un pour qu'il parle... Je n'en serais sûrement pas capable. Ce devaient être des gens forts et peu sensibles qui faisaient ce genre de choses, non...? Après, il fallait juste savoir se maîtriser... Cela me rendait curieux, mais je savais que j'allai devoir la laisser quelques temps. Enfin, d'après ce qu'elle disait, moins de dix minutes... J'étais impatient de voir le résultat de son travail. Haussant les épaules, j'ouvris la porte, l'invitant à entrer dans la salle d'un geste poli.

_ Oui, c'est ici.

Je me rendis compte que je ne faisais même plus attention à mes collègues. Sans compter Li Na, nous étions six. Et pourtant, j'avais l'impression d'être seul avec elle depuis son arrivée. Sûrement parce que, mine de rien, j'étais le seul à avoir daigné prendre la parole depuis qu'elle était là. J'avais l'impression que les autres ne voulaient pas vraiment lui parler. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Pour moi, elle était normale. Enfin, différente. Pas comme les autres femmes que je connaissais, ou comme les hommes. Elle semblait avoir quelque chose en plus. Ou en moins... Ce qui la rendait intrigante, justement, c'était ça. Quelque chose, je ne savais pas quoi, qui la rendait différente. Apparemment, j'étais le seul à qui ça ne déplaisait pas.

_ Oh, il veut pas nous dire pour qui il bosse. C'est tout. Rien de plus simple, on veut juste savoir s'il était seul ou pas.

Ouais bon, ça avait beau paraître simple, il ne voulait vraiment pas parler. Et cela faisait plus de trois quart d'heure qu'il nous tapait sur les nerfs, alors que j'avais du rester patient et ne pas m'énerver. Si Li Na pouvait réellement arranger le coup en une dizaine de minutes, pas besoin de dire que j'étais preneur... Je lui adressai un autre sourire entendu, attendant toujours devant la porte. Je ne savais pas trop si j'allai devoir la laisser faire seule ou l'accompagner pour assister à son interrogatoire forcé, pour en profiter pour poser d'autres questions utiles. Je n'avais pas souvent été témoin d'une torture... Quelque fois seulement, et j'avais pu constater l'efficacité de la chose.

HRP. Voili voilou. J'ai eu un problème de connexion, donc désolée d'avoir répondu plus tard ;;

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 16:00


Tu ignores le vide devant toi. Les vertiges et la peur, tu ne connais pas. Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers de la douleur et de la mélancolie, tout ira bien. s.h. & lina

QUAND LE PASSÉ SE MÊLE AU PRÉSENT

J'entre dans la salle, tombant instantanément sur l'homme, assis sur sa chaise. Il a ce côté misérable qu'ils ont tous; celui que tu adoptes quand, tu le sais, tu as déjà perdu. Je me perds à penser, parfois, que si j'avais été une terroriste, je ne me serais jamais laissée prendre. Parce que je sais ce qu'il arrive lorsque l'on se trouve attrapé et, comme dans cette situation, lorsqu'on nous demande de parler et qu'on ne le fait pas. Et ce qui arrive, c'est quelqu'un de mon envergure. Quelqu'un spécialisé dans un art qui délie toutes les langues. - Oh, il veut pas nous dire pour qui il bosse. C'est tout. Rien de plus simple, on veut juste savoir s'il était seul ou pas. Ce sera sûrement encore plus simple que prévu, les informations demandées sont d'une banalité déconcertante.

Je vois Seung Hyun, toujours sur le pas de la porte, avec sa bande de gorilles derrière lui. Je les avais presque oubliés. Ils ont l'air encore plus méfiants que le captif, chose habituelle à chaque fois que je mets les pieds ici, à croire que ma réputation me précède plus que je ne l'imaginais. Cessant de les scruter, mon regard se porte à nouveau sur celui que j'ai connu il y a près de six ans. Il n'a pas l'air de savoir s'ils peuvent entrer, lui et son équipe de choc; je le comprends au sourire interrogatif qu'il me lance et lui répond instantanément. - Je me fiche d'avoir un public ou non, vous pouvez entrer ou pas, faites ce que vous voulez. Retroussant mes manches sans même attendre leur réaction, mon attention se porte sur celui qui engendre tant d'énergie déployée. Je m'assoie face à lui, dans cette pièce lugubre et sinistre. Mes yeux le fixent, intensément. Et le travail commence. - Comment tu t'appelles et pour qui travailles-tu? Aucun son ne sort de sa bouche, ce qui était prévisible au summum. - Moi, c'est Elizabeth. Peut-être as-tu déjà entendu ce nom quelque part? Ou pas. À vrai dire, les hommes que j'ai eu à rencontrer dans l'une de ces salles ne sont jamais ressortis vivants ou avec les possibilités de communiquer. Sa tête se relève et ses yeux s'ancrent dans les miens. Il sait qui je suis, je le sens. Mais il n'a toujours pas l'air de vouloir parler.

Je me lève, dans un calme absolu. Le silence règne en maître dans la pièce, à tel point qu'on pourrait entendre les respirations saccadées de ceux s'y trouvant. Le contournant, ma main se pose sur son épaule tandis que je suis dos à lui. Et ma bouche s'approche de son oreille, lui murmurant ces quelques mots. - Tu vois, tu ne peux même pas retirer ma main, alors qu'elle ne te fait rien. Tu es attaché et vulnérable. Parle maintenant, parce qu'il y a un moment où tout commencera et à ce moment-là, plus personne ne sera capable de la retirer. On m'a appris, à Athéna, qu'il fallait toujours jouer l'intimidation avant de passer aux choses sérieuses. C'est le protocole, la mise en situation, ce qui donne à ce genre de scènes toute son importance. Et il a de la chance, j'ai bien suivi mes leçons, je n'omets aucun détail. - C'est toi qui vois. Certains sont plus coriaces que d'autres, il faut bien l'admettre.

Cessant mon petit jeu, je me tourne et lance à l'attention de Seung Hyun: - il me faut de l'eau et du tissu. J'ignore s'il est étonné de me voir ainsi ou s'il trouve ça cohérent. Peu m'importe. En ces temps de guerre, nous avons tous un travail et chacun d'entre nous se salit les mains à un moment ou un autre.  
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 18:23


quand le passé rencontre le présent # Li Na


C'est décidé, je vais rester pour observer Li Na à l'oeuvre. J'ai plusieurs raisons. Déjà, je suis simplement curieux. Et puis, je peux toujours être utile si d'autres questions me viennent à l'esprit. Et surtout, je veux voir comment s'y prend la jeune fille que j'ai connue à peine adolescente, seule dans la rue. Je l'avais toujours vue inexpressive, jamais une seule expression émotive n'était apparue sur son visage. Je l'acceptais, je savais qu'elle était juste comme ça. Mais savoir qu'elle était tout de même spécialisée dans la torture me faisait de l'effet. Était-elle sensible, en réalité, sans le montrer ? Je n'en savais rien. Mais je l'ai déjà pensé des centaines de fois, elle était intrigante. C'était pour ça que j'avais voulu l'aider, elle, en particulier. Parce qu'elle semblait n'avoir personne à qui se rattacher. Comme si personne ne l'aimait... Pourtant j'étais sûr que ce n'était pas le cas, elle devait bien avoir des proches...

Je reste donc sur le pas de la porte ouverte. Mes collègues, tous plus âgés et baraqués que moi, semblent pourtant réticents à approcher Li Na. Je ne faisais pas attention à eux, ils étaient juste des compagnons pour travailler, rien d'autre. Et encore... J'avais beau être sociable, j'étais simplement poli avec eux, pas plus. Li Na murmura qu'elle se fichait qu'on reste pour la regarder ou pas. Je souris légèrement. Je fus directement frappé par la manière dont elle fixait le détenu, d'un regard sombre et glaçant. Je fus tout de suite certain qu'il n'allait pas tenir cinq minutes face à elle. Cette pensée me fit sourire, amusé. Alors que je m'attendais à ce que Li Na sorte un quelconque instrument étrange de torture, celle-ci posa des questions toutes banales au prisonnier, avant de se présenter. Je n'y connaissais rien en manière d'interrogation par torture, mais j'imaginais que ce devait être un protocole qu'elle jugeait indispensable pour pouvoir mettre sa victime au parfum.

D'ailleurs, elle déclara, sur un ton toujours neutre, que la plupart des hommes qu'elle avait du interroger ne pouvaient même pas en témoigner. Je m'imaginais à la place du terroriste auquel elle faisait face en cet instant. Il devait déjà avoir sacrément peur, bien qu'il ne cillait pas. Je me demandais ce que moi, en tant que terroriste, j'aurais fait si on m'aurait arrêté. Je n'en savais franchement rien. En fait, je ne me serais tout simplement pas fait prendre la main dans le sac... Je restai les bras croisés, tandis que Li Na continuait à menacer le détenu. Finalement, elle se leva et déclara qu'elle avait besoin d'eau. Et de tissu. J'ouvris des yeux perplexe, mais, haussant les épaules, je m'exécutai, me retournant vers un de mes collègues.

_ Alors t'as entendu ? De l'eau et du tissu. déclarai-je sur un ton sans appel, qui signifiait clairement "Cette fille est notre collègue, arrêtez de l'ignorer et allez chercher ce qu'elle veut, soyez galants bon sang!"

Oui, c'était clairement cela. Depuis le début, ils avaient tous l'air mal à l'aise, comme s'ils n'avaient jamais vu une femme spécialisée en torture de leur vie. En fait, j'avais plutôt l'impression que c'était Li Na elle-même qui les dérangeait. Ca me mettait légèrement en rogne, et quitte à me montrer un peu moins respectueux avec eux, je comptais bien l'aider de mon mieux à finir son travail. Et aussi éviter qu'elle ne se sente... mal regardée par ces malpolis. J'étais de nature assez galant en général, mais avec Li Na c'était encore autre chose. Je l'avais toujours sentie différente, et je ne comprenais pas la manière dont les gens la regardaient, que ce soit à l'époque ou à présent.  

HRP. ♥ Désolée y a pas beaucoup de paroles ♥

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 19:26


Tu ignores le vide devant toi. Les vertiges et la peur, tu ne connais pas. Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers de la douleur et de la mélancolie, tout ira bien. s.h. & lina

QUAND LE PASSÉ SE MÊLE AU PRÉSENT

J'entends Seung Hyun ordonner à ses sbires de s'exécuter et je le regarde, hochant légèrement la tête pour lui démontrer le semblant de reconnaissance que je peux avoir envers lui. Il n'a pas changé, toujours la même galanterie et la même façon d'agir. J'ai pu réaliser avec les années et la guerre à quel point c'est rare chez une personne possédant des sentiments. Si j'avais pu le ressentir, certainement cet attrait de sa personnalité m'aurait-il manqué. Mais si j'avais pu ressentir quoi que ce soit, nos chemins ne se seraient jamais croisés et je ne serais pas, aujourd'hui, là où je suis.

Sortant de ma torpeur grâce au vacarme produit par ceux me ramenant ce que j'ai demandé, je me remets à l'activité pour laquelle je suis ici et m'adresse à celui qui va passer un mauvais quart d'heure s'il ne parle pas. - J'ai décidé, vu qu'il y a de nombreuses paires de bras à mon service ici, qu'on pourrait jouer un peu. Je sens le terroriste tressaillir. Ça leur fait toujours cet effet, lorsqu'on parle de s'y prendre à plusieurs ou que l'on mime l'envie de s'amuser. Si seulement il savait que je suis incapable de rire, même concernant sa situation, il serait certainement moins intimidé. Ou qui sait, peut-être le serait-il encore plus. - Je vais t'expliquer tout ça. À présent face à lui, mon expression toujours identique à celle que j'arbore depuis toujours, je commence mes explications. - Le principe est simple. Tu vois la table dans le fond de la pièce, là-bas? Je vais t'attacher à celle-ci. Puis, s'ils en ont l'amabilité, les hommes que tu vois près de la porte soulèveront la table afin que tu aies la tête en bas.

Je n'ai jamais eu de préférences en matière d'interrogatoire, toutes les manières sont bonnes à prendre. Mais j'ai cette tendance à trouver la rapidité plus efficace que les éclaboussures de sang inutiles. Et avec la même voix linéaire et dénuée d'intonations spécifiques, je continue mon discours; - Puis, je déposerais ce gros carré de tissu que je tiens entre mains sur ta tête. Enfin, je viderais de l'eau dessus et alors, tu auras l'impression de te noyer. Ce sera certainement insupportable, mais ne t'en fais pas, ayant la tête en bas, l'eau ne pourra monter jusqu'à tes poumons. Ses yeux s'affolent, il doit certainement connaître cette technique. Peut-être a-t-il même eu la chance d'observer ses collègues le faire sur ceux de mon propre camp ayant eu le malheur, comme lui, de se faire prendre. - Du coup, nous pourrons le faire aussi longtemps qu'il le faudra, sans t'abîmer.

Il commence à s'agiter, essayant d'observer si une sortie de secours s'offre à lui. Mais il n'y en a aucune, il est fichu. Il va souffrir, suffoquer et se sentir mourir, sans pour autant que cela n'arrive. - Si jamais l'envie de parler te prend, tu n'auras qu'à taper avec ta main sur la table. J'ai fait le tour des explications et, instinctivement, je me tourne vers Seung Hyun et ses collègues. - On peut y aller, c'est bon pour vous? Je suis déjà debout, n'attendant qu'un mouvement de leur part, alors que la sueur ruissèle déjà du front de ma future victime. - Att...attendez, c'est bon, je vais parler... Huit minutes et cinquante-six secondes.


hrp ♥:
 
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 20:28


quand le passé rencontre le présent # Li Na


Li Na hocha la tête, me fixant sans émotion dans le regard, bien que je compris qu'elle voulait me communiquer sa reconnaissance. Je lui répondis en souriant en coin, haussant les épaules comme si ce n'était pas grand-chose, après tout. Je n'allai pas me mettre à parler quand les mots étaient inutiles, je savais que de plus, elle n'était pas très bavarde. Je restais donc immobile pendant que mes collègues allaient chercher le matériel demandé. Je me demandais ce qu'elle allait faire avec de l'eau et un tissu... La torture n'était pas vraiment un domaine dans lequel je pouvais me vanter d'être un connaisseur. J'attendis donc sagement que le matériel soit ramené, pour voir la jeune fille se mettre à l'œuvre. Étrangement, elle continua à parler avec le détenu. J'aurais du m'y attendre. Elle lui expliqua quel genre de supplice elle allait lui infliger.

Je souris, amusé, en constatant que ça avait un effet quasi-immédiat. Le terroriste ouvrit de grands yeux tandis qu'une goutte de sueur coulait le long de sa tempe. Elle lui avait dit qu'elle pourrait faire durer la torture longtemps, sans qu'il ne meure néanmoins. Et je devais avouer que moi non plus, ça ne m'aurait pas vraiment rassuré... Il tournait la tête dans tous les sens, comme s'il se rendait enfin compte qu'il était préférable pour lui de fuir en vitesse. Hélas, c'était impossible... Étrangement, je prenais presque un malin plaisir à le voir paniquer, en sachant pertinemment que Li Na avait gagné d'avance.

- On peut y aller, c'est bon pour vous? demanda-t-elle, se tournant vers moi et les autres.

Mettant les mains dans mes poches, je m'avançai légèrement, une sorte de sourire flottant sur mes lèvres. J'allai répliquer que tout était parfait et qu'il n'y avait plus qu'à s'y mettre, mais le terroriste sembla avoir un soudain éclair de lucidité.

- Att...attendez, c'est bon, je vais parler...

Me tournant vers celui-ci, je lui souris. Je n'étais pas un sadique. Mais je les détestais, tous autant qu'ils étaient, ces terroristes. Et savoir que nous pouvions triompher d'eux, les rendre impuissants ne pouvait que me faire sourire. Et puis, dans un sens, j'avais l'impression d'être fier de Li Na. C'était assez étrange comme émotion. En fait, voir qu'une enfant comme elle avait grandi et était à présent une vraie experte pour la torture me réchauffait le cœur. Elle m'avait impressionné. Un peu moins de neuf minutes pour le faire céder, sans même avoir eu besoin de commencer le supplice.

_ Nickel, t'as tout compris. déclarai-je à l'attention du détenu. Pour qui travailles-tu ? Et comment t'appelles-tu ? C'est pas bien compliqué, tu balances tout et on te noie pas vivant, ok ?

Encore une fois, je lui souris. Puis je me tournai vers Li Na, lui adressant un regard reconnaissant et surtout, agréablement surpris. Elle qui me donnait l'impression d'être encore une enfant... Pourtant, cela se voyait qu'elle avait grandi. Mais elle était déjà si mûre à l'époque, si solitaire, et pourtant si forte, même sans personne pour l'aider. M'approchant d'elle, je m'arrêtai juste en face, la regardant de la tête aux pieds avant de m'arrêter sur le bout de tissu qu'elle tenait dans la main.

_ Plutôt douée. Tout ça avec un bout de tissu et de l'eau, et encore... Franchement, bravo, c'était parfait. murmurai-je en souriant poliment.

J'avais beau l'apprécier et la complimenter, il ne fallait pas que j'oublie de rester professionnel. Ce n'était pas mon amie. Ni ma fille. Ni ma sœur. Ni ma copine... Enfin, ce n'était rien d'autre qu'une collègue. C'était ce que je devais me dire, bien que j'étais encore sensible au fait de la revoir, elle que j'avais voulu aider et qui s'en était parfaitement sortie toute seule. Ce fut pourquoi je finis par reculer légèrement, m'intéressant de nouveau au cas de notre cher terroriste. Mon regard devint directement plus sombre et haineux, froid et peu rassurant, empreint de violence, lorsque je le plantai dans celui de l'homme, assis sur la chaise. J'attendais qu'il parle. Et c'était tout.  

HRP. ♥ ♥ ♥

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 21:13


Tu ignores le vide devant toi. Les vertiges et la peur, tu ne connais pas. Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers de la douleur et de la mélancolie, tout ira bien. s.h. & lina

QUAND LE PASSÉ SE MÊLE AU PRÉSENT

Seung Hyun me félicite et, pour la première fois, j'ai l'impression d'avoir réellement rendu service. Je ne saurais expliquer ce qui est en train de m'arriver, mais cette journée ne me laisse pas indifférente, contrairement à toutes celles que j'ai pu vivre jusqu'à maintenant. Malgré ça, je ne pense pas que cela se voit au travers de mon visage. Sur le même ton que d'habitude, je lui réponds; - J'ai simplement fait mon travail. Je tente pourtant une sorte de sourire étrange, plus grimaçant qu'autre chose, mais c'est tout ce dont je suis capable et j'abandonne rapidement. Je ne suis pas faite pour ce genre d'expressions.

Le terroriste ayant fini par parler, mon contrat est rempli et il est temps pour moi de rentrer à Athéna. Ça aura été étrange, de le revoir lui, ici. Seung Hyun. Il me rend étrange, également. J'ignore comment me comporter, ni même comment me retirer. Normalement, je serais simplement partie, sans plus d'égard pour mes vis-à-vis. Mais cette fois-ci, je doute et je réfléchie aux mots que je dois prononcer. Je le connais, du moins je l'ai connu et ça change tout. Et je m'avance finalement près de lui, afin de simplement annoncer mon départ. - J'y vais, donc. On se reverra certainement à l'occasion, si vous venez à avoir besoin de moi.

Sans plus de cérémonie, je lance un léger hochement de tête au reste de l'assemblée, comme pour dire au revoir à tout le monde. La politesse, chose que l'on m'aura apprise dès les premiers jours. Comme disaient mes professeurs, la tenue est le début de la survie. Ainsi, je commence à partir, n'attendant pas de réponses.

hrp♥:
 
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   Mar Fév 25 2014, 23:41


quand le passé rencontre le présent # Li Na


Alors que je venais tout juste de complimenter Li Na, celle-ci eut une réaction que je n'aurais pas crue possible. Enfin, je ne m'y attendais pas du tout... Elle rétorqua qu'elle avait seulement fait son travail, et elle se mît à... Sourire. Oui, c'était une sorte de sourire. Il paraissait légèrement forcé, presque grimaçant, dans un sens. Mais même si elle ne souriait pas véritablement, je me rendais compte que cette expression que je n'avais jamais pu voir sur elle devait lui aller merveilleusement bien. Il suffisait de l'imaginer avec les traits plus détendus, plus sincères. Jamais je ne l'avais regardée de cette manière-la. C'était étrange et troublant. En fait, rien que le fait qu'elle ait essayé de me sourire était troublant. Je la connaissais, et je n'avais jamais rien vu d'autre que l'absence d'expression sur son visage. Je l'avais acceptée telle qu'elle, car je savais que ce n'était sûrement pas par mépris pour les autres. Elle était juste comme ça, tout simplement. Alors là... J'avais l'impression que tout semblait changer dans ma vision de sa personne.

Ce fut donc avec joie et sincérité que je lui rendis son sourire, légèrement en coin pour ma part. Je ne savais pas si pour elle, une personne qui lui souriait voulait dire quelque chose. J'avais beau être poli et respectueux envers un peu près tout le monde, ce n'était pas non plus tout le temps que je quittais le simple sourire courtois pour être réellement sincère. J'étais assez sociable mais cela ne voulait pas dire que j'étais gentil et honnête avec n'importe qui. Loin de là. Et par le sourire que j'adressais à la jeune fille, je voulais clairement lui dire que si elle avait besoin d'aide, j'étais encore là. Mais je ne formulai pas cette phrase à voix haute. J'étais certain que, comme à l'époque, elle refuserait. Alors, je me contentai de rester immobile, tandis qu'elle murmura une vague phrase d'au revoir. Elle restait polie et inexpressive, tout à coup. Je pris donc un air plus sérieux, plus professionnel qu'un sourire amical.

_ À plus. On se croisera de nouveau c'est certain. déclarai-je sur un ton le plus neutre et poli possible.

Je ne pouvais rien dire d'autre après tout. Elle allait devoir partir, c'était normal. Dans un sens, j'étais certain que j'allai me rappeler de cette journée. Comme la journée de notre rencontre, d'ailleurs. Je m'en souvenais parfaitement, alors que ça pourrait paraître insignifiant. Encore une fois, je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire chaleureux, avant de lui tendre la main pour la lui serrer en guise d'au revoir. C'était amusant de voir la différence de corpulence entre nous deux. Moi, plutôt grand, assez musclé, elle, qui semblait presque fragile, plus petite aussi. Je fus amusé de mes propres pensées soudaines et complètement hors sujet.

_ Ça m'a fait plaisir de te revoir.

Je n'avais rien d'autre à rajouter. Après tout, nous n'étions même pas des amis. Et je n'étais pas du genre affectueux. Elle non plus d'ailleurs. Ce fut pourquoi je me contentai de lui serrer la main, et de la laisser partir, allumant une cigarette en la regardant s'en aller seule. Puis, quelques secondes plus tard, je me retournai vers mes collègues, qu'encore une fois, j'avais oublié. Ils me regardaient comme si j'étais un extraterrestre. Et semblaient tous de demander quel lien y avait-il entre la jeune fille mystérieux spécialisée en torture et moi. Haussant les épaules, je ne pris pas la peine de leur expliquer, ils avaient parfaitement compris que je devais la connaître avant. Et que je ne supportais pas de voir comment les gens la regardaient, alors qu'elle n'était ni dérangée ni étrange à mes yeux. Juste différente. Juste elle-même.  

HRP. J'espère que ça te va ♥ RP terminé alors ? ♥  

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun   

Revenir en haut Aller en bas
 

(fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !
» Quand le passé laisse une trace indélibile sur notre vie, il ne reste qu'une chose à faire: l'affronter
» [ FINI ] Quand la vérité éclate | Chamberlain Family ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  :: 
After The War
 :: Corbeille :: RPs :: RP terminés
-