AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Emploi : Terroriste

MessageSujet: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   Lun Oct 27 2014, 16:52


Come on man, you knew from the beginning that love was painful, so stop complaining about it, let me sleep.
Rien à foutre de ce que t'as à dire, songea Noah, en sortant en courant de son appartement. Il suffisait d'un regard derrière son épaule pour comprendre le problème : un homme plus âgé que lui, armé d'un balai, qui le poursuivait en criant qu'il lui devait encore son loyer de trois mois. Parce que Noah n'avait décidément aucune envie de se trouver un travail, il n'avait pas payer son loyer pendant plusieurs mois, et encore, il avait trouvé le moyen de menacer le propriétaire de représailles si ce dernier ne le laissait pas avoir un pieu ou dormir tranquille. Mais bon, comme quoi, les menaces ne durent qu'un certain temps. Mais face à un terroriste, qui savait ou se trouvait les bonnes planques, ce genre de personnage tout à fait banal n'avait aucune chance. Après plusieurs minutes de course effrénée dans les rues de la ville, et pour éviter que les flics ou encore mieux, la brigade anti-terroriste ne lui tombe dessus, Noah finit par se glisser dans les égouts, par la plaque qui était à moitié soulevée au milieu de la route, et sur laquelle les voitures cognaient à chaque fois. Bon, bien sûr, l'odeur n'était pas cool, surtout lorsque son pied glissa sur ce qui semblait être un cadavre de rat crevé, et qu'il fit un plongeon direct dans l'eau sale et odorante. Mais c'était le seul terrain ou il était certain de gagner. Une fois ressorti, à l'opposé de la ville, il prit à cœur sa nouvelle mission de demander humblement à une jeune fille de son âge la permission de lui emprunter sa salle de bains, juste le temps de se décrasser un peu. Alors qu'il essuyait ses cheveux mouillés d'une serviette affreusement rose, le jeune terroriste prit conscience d'un détail : la jeune fille en question téléphonait. Et qui disait téléphone après qu'il soit entré chez quelqu'un disait toujours mauvaises nouvelles. Il s'échappa par la fenêtre, grimpant à la gouttière comme un chat, se ramassant à moitié par terre lorsque son pied glissa cette fois-ci sur les feuilles mouillées, collées à la gouttière. Sérieusement, il avait un problème avec ses pieds. Il reprit sa route en enfilant son t-shirt blanc, sans se soucier des regards outrés des passants. Voir un type à moitié à poil dans la rue n'était pas un spectacle très banal, vous me direz. Mais quand c'était un type comme lui, ça se pardonnait. Il vadrouilla un long moment dans les rues, incapable de trouver un endroit ou se poser sans s'ennuyer, et finit par se décider à aller voir Ga Ram à son bar. Il avait entendu parler de la peine de mort qui avait été lancée contre le terroriste, par le biais de Min Guk, son informateur. Autant dire que ça l'avait surpris. Il avait toujours cru que Ga Ram était un terroriste malin, qu'il savait toujours se dépêtrer de n'importe quelle situation, sans prendre de dégâts. Mais pas cette fois. Quelque chose avait distrait Ga Ram, l'avait empêché de prendre les précautions nécessaires dans le délai qui lui était imparti. Et Noah brûlait d'une envie de savoir, de connaitre l'identité de cette chose. Lorsqu'il poussa la porte du bar, il se dirigea directement vers les tabourets libres, posant son menton dans la paume de sa main d'un air fatigué. Et putain, oui, il était fatigué. Il n'avait pas pu dormir la nuit dernière parce que son propriétaire menaçait de défoncer sa porte et de ramener les flics.  « Je pourrais avoir ce que vous avez de plus fort ici?  » demanda-t-il au premier barman qui venait, et qui s’exécuta dés qu'il déposa la monnaie sur le bar. Du regard, il chercha Ga Ram, avant que l'évidence ne frappe son esprit. Forcément, avec une peine de mort menaçant sa vie à chaque instant, le terroriste ne risquait pas de faire son malin et de continuer son job en tant que barman en plein cœur de la ville. Noah secoua la tête de droite à gauche, sans cacher sa déception. Il y avait peu de gens, même parmi les terroristes, qui arrivaient à lui faire confiance. Ga Ram et Min Guk étaient les deux seules exceptions.   ▲ RIMBAUD

(c) AMIANTE



This is what we call a danger †
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Barman // Terroriste spécialisé en infiltration et explosifs

MessageSujet: Re: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   Mar Oct 28 2014, 18:58

Ga Ram avait besoin de sortir. C'était toujours un peu risqué, et ce même si Soo Mee lui avait annoncé lors de leur dernière rencontre qu'elle n'avait pas donné suite à cette enquête. Le responsable de l'attentat au centre commercial restait inconnu. Fin de l'histoire. Elle lui avait dit que c'était mieux pour elle et sa carrière de balancer cette histoire aux oubliettes. Et à la réflexion, c'était effectivement mieux pour elle qu'on ne découvre pas qu'elle avait fréquenté un terroriste pendant plusieurs mois. Logique. C'était un boulet en moins pour Ga Ram, mine de rien. Bien sûr, il continuait à se morfondre un peu dans son coin, et il avait quelques passades pas très agréables. Mais elles ne duraient jamais bien longtemps : parce que quelque part, il s'était mit à s'accrocher à un espoir – probablement un peu vain – de pouvoir à nouveau approcher Soo Mee sans craindre pour son intégrité physique. Sa main droite en avait déjà payé les frais.

Le jeune homme avait donc quitté la demeure des Cha, chez qui il créchait toujours en attendant de pouvoir déménager. Il avait expliqué la situation à Min Guk quand celui-ci avait tenté de l'en dissuader. Il n'avait plus grand-chose à craindre, normalement. Qui plus est... Rester enfermé une bonne partie de la journée à bidouiller différentes substances explosives et sortir uniquement pour se rendre au quartier général des terroristes commençait légèrement à le peser. Voir du monde ne lui ferait pas de mal.

Il avait prit le chemin du bar dans lequel il travaillait, il y a encore peu de temps, sans trop savoir pourquoi. Enfin, si. La nostalgie, très certainement. Malgré tout, il avait passé de bons moments dans cet établissement, à délier la langue de brigadiers ayant un peu trop bu. Passant la porte d'entrée, il vérifie rapidement que le patron n'était pas dans le coin. Il n'avait pas envie de faire face à ce grand gaillard à qui il avait passé une démission soudaine et obscure. Par chance, il n'était pas dans le coin. Le jeune homme vient donc se poser au bout du comptoir, s'asseyant sur un tabouret haut.

Visiblement, ils n'avaient pas tardé à le remplacer. Un inconnu se tenait déjà derrière le bar, aux aguets des commandes et prêt à servir. Curieux de voir comment il s'en sortait, Ga Ram l'observe en train de servir un client assit à quelques tabourets de là. Pourtant, son attention est bientôt attirée par le dit client, dont la silhouette est familière. « Mockingbird ? » tente t-il. L'autre se retourne, étonné. Un sourire esquisse les lèvres du terroriste. « Déçu que ça ne soit pas moi qui te serve ? » demande t-il, avant de se décaler vers son collègue. « Une vodka-martini, s'il vous plaît. » ajoute t-il à l'attention du barman, tout en allongeant la monnaie sur le comptoir. En attendant que son verre ne soit déposé, il en revient à Noah : « C'est surprenant de te voir ici. Enfin... Pas plus que moi, j'imagine. »


Bien joué Soo Mee D::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Terroriste

MessageSujet: Re: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   Mer Oct 29 2014, 17:07


Come on man, you knew from the beginning that love was painful, so stop complaining about it, let me sleep.
Si on avait un jour dit au Hwang qu'il s'ennuierait de l'absence de Yang Ga Ram, il aurait très certainement éclaté de rire au nez de son interlocuteur. Avec Ga Ram, disons qu'ils arrivaient à se supporter, mais ça n'allait pas plus loin que ça. Ils se racontaient leur derniers potins, leur journée en gros, avant d'aller se coucher, ou de sortir pour une opération de dernière minute. Mais ce n'était pas comme si les deux garçons étaient des amis, loin de là. Noah était intimement persuadé qu'il n'était pas capable d'avoir des amis, et ce recul psychologique suffisait à l'empêcher de se rapprocher des gens, suffisamment pour devenir leur ami. Et puis, il était terroriste. Avoir entendu parler de l'histoire de Ga Ram avait suffi à donner une bonne leçon de morale à tous les terroristes de la vile : n'essayez pas d'avoir des contacts en dehors des terroristes eux-même. Et concernant les terroristes, ne vous dévoilez pas trop, ou vous risquez de le regretter. Noah était l'excellent exemple de cette dernière idée. Parce qu'un jour ou l'autre, il finissait toujours par vendre la peau d'un de ses soi-disant frères, il les trahissait parce que ça allait dans le sens de ses propres intérêts. Le Hwang secoua faiblement la tête, ses mèches sombres chatouillant son cou à chacun de ses mouvements, avant de prendre son verre, de le porter à ses lèvres, et d'en boire une lapée, avant de le reposer. Un peu d'alcool ne lui ferait pas de mal : ça l'aiderait au moins à oublier sa journée. C'était un peu son mantra, sa sale habitude à lui : avoir des journées de merde, et boire beaucoup le soir, pour tout oublier. Et tout recommencer le lendemain. Alors qu'il croisait ses jambes et s'apprêtait à reprendre une gorgée de son verre, son surnom en tant que terroriste claqua dans l'ambiance lourde du bar, et il l'entendit très distinctement malgré la musique traînante du juke-box dans un coin de la pièce. Aussitôt, il tourna la tête, pour faire les gros yeux devant le garçon qui venait littéralement d’apparaître. La surprise ne dura cependant qu'un instant, avant d'être remplacé par un sourire moqueur et des yeux vicieux.  « Est-ce que le mot discrétion et prudence t'évoque quelque chose? On n'utilise pas les noms de code comme ça, pas dans ce genre d'endroits du moins.  » dit-il en reportant son regard sur son verre, sur lequel ses doigts s'étaient crispés, légèrement. Dire qu'il était surpris de la présence de Ga Ram ici était un euphémisme. Mais il comprenait ce qui avait poussé le garçon à revenir. La mélancolie de l'endroit ou il travaillait, ou il avait passé du bon temps. Encore quelque chose que Noah ne pourrait jamais comprendre. Comme le quartier général des terroristes, que les autres considéraient comme leur maison, l'endroit le plus cher à leurs yeux. Noah ne s'était jamais senti à la maison, là-bas. Le seul sentiment qu'il possédait envers cet endroit, c'était un sentiment amer, qui lui rappelait chaque jour qui il était, et ce qu'il était devenu à présent. « Oh oui, que je suis déçu, le bleu ne sait même pas ma boisson favorite.  » siffla-t-il entre ses dents, finissant son verre rapidement, pour en commander un autre. Il se fichait bien de la façon dont le serveur, qui venait surement d'être embauché, le regardait. Il pouvait bien avoir entendu ce qu'il avait dit sur lui, le terroriste s'en fichait bien. La vie était dure, les gens jugent ici et là. C'était uniquement une question de force ou de faiblesse : tu sais prendre sur toi ou tu cours te plaindre à ta mère. « Je sais, je me surprends moi-même, tu vois. Je viens de me faire virer de mon studio, j'essaie de faire passer la pilule avec le breuvage miracle  » plaisanta Noah, ses yeux cherchant un on-ne-sait-quoi sur le visage de Ga Ram. Un indice de ce qui l'avait fait foiré, rien qu'un seul. C'est tout ce que Noah voulait. Et puis, il n'aimait pas demander et obtenir la réponse directement. Sa spécialité était de cuisiner les gens, après tout. « C'est sûr que je ne m'attendais pas de te voir là, Firework. Je croyais que la peine de mort lancée contre toi avait fini par avoir ta peau. Et pourtant, te voilà dans ce bar, en chair et en os. Le bon vieux temps te manque?  » s'enquit-il, d'un ton plus concerné que cela. Il mentirait s'il disait qu'il n'était pas curieux des motivations du terroriste, en revenant ici. Peut-être que la chose qui l'avait fait merdé était là? Non, ce n'était pas logique. Il aurait été distrait il y a bien longtemps de cela, et Noah aurait remarqué le truc plus tôt.  ▲ RIMBAUD

(c) AMIANTE



This is what we call a danger †
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Barman // Terroriste spécialisé en infiltration et explosifs

MessageSujet: Re: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   Jeu Oct 30 2014, 13:53

Si discrétion et prudence étaient des termes qu'il connaissait ? Noah n'allait pas lui faire, celle-ci ! Ga Ram a un sourire amusé et un haussement de sourcil à la réplique de son collègue. Malgré ses dernières bourdes professionnelles, on ne pouvait pas lui enlever le fait qu'il restait malgré tout un infiltré de qualité. La preuve en était qu'il avait réussi à berner pas mal de monde ces derniers mois, avec son petit manège ! Quoi qu'il en soit, le jeune homme savait effectivement qu'il ne valait mieux pas employer leurs noms de code en public. Il n'était pas aussi inconscient. Pourtant, tout en dévisageant son vis-à-vis, il ne peut s'empêcher de remarquer, sourire toujours pendu aux lèvres : « En attendant, tu viens de révéler que ce qui aurait put être un simple surnom entre connaissances était effectivement un nom de code. C'est pas mal aussi, pour se faire griller. »

Noah a ensuite quelques mots, auxquels Ga Ram répond par un petit soupir amusé. L'autre terroriste termine son verre d'une traite, avant d'en commander un autre. Leurs verres respectifs sont importés, déposés doucement sur le bois du comptoir. Le nord-Coréen remercie le barman d'un sourire, avant que la conversation avec son collègue ne reprenne. Yeux rivés sur son verre, le jeune homme récupère l'olive verte plantée dans un cure-dent au fond de son verre, avant de la mener à sa bouche. Pas moins attentif à ce que son voisin dit, il lui répond, sans retourner les yeux vers lui : « Viré de ton studio ? Comment ça se fait ? » Une petite gorgée de breuvage est ensuite avalée, avant qu'il ne reprenne : « Bienvenue chez les sans-abris fixe, alors. » Il y a encore quelques temps, ça aurait sûrement été dit d'un ton très amer... Mais plus maintenant, puisque ses commissures s'étirent légèrement. La pilule avait commencé à passer, dira t-on ! Puis il n'avait pas non plus à se plaindre, à loger dans la spacieuse demeure des Cha. Mais bon, même s'il avait tout ce dont il avait besoin là-bas, il ne se sentait jamais vraiment chez lui. Logique.

Quoi qu'il en soit, Noah admet qu'il était lui aussi surpris de le voir ici, pensant que les recherches menées par la brigade avaient eut raison de lui. « Ça ne risque pas d'arriver, si tu veux tout savoir. » répond Ga Ram à ceci, le regard à nouveau pendu devant lui, avant qu'il ne prenne une nouvelle gorgée. Vient ensuite une question de son voisin, visiblement curieux de savoir quel bon vent avait mené ses pas ici. « Le bon vieux temps, ouais ! » admet le concerné sur un ton un peu plus vivace. Il a un regard circulaire pour l'endroit, se rappelant de beaucoup de choses. « C'est vraiment une époque qui me manque. » admet-il, les yeux tournés vers Noah, les lèvres un peu pincées. « Si je pouvais, je retournerai bien quelques mois en arrière. Mais je suis sûr que comme un con, je referai exactement les mêmes erreurs. » Ceci étant dit, il saisit le verre de son pied, finissant d'une traite les dernières gorgées y sommeillant.


Bien joué Soo Mee D::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Emploi : Terroriste

MessageSujet: Re: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   Ven Oct 31 2014, 15:12


Come on man, you knew from the beginning that love was painful, so stop complaining about it, let me sleep.
Le Hwang devait au moins reconnaître une chose au terroriste à ses cotés : son intelligence. Quelle que soit la situation dans laquelle il se retrouvait, qu'elle soit épineuse à souhait ou autre, il parvenait toujours à se tirer de ce sac de nœud sans une égratignure. Enfin, physiquement du moins. Mentalement, c'était une tout autre affaire, et Noah le savait bien. Combien de déceptions avait-il subi au cours de sa vie pour se retrouver ou il était aujourd'hui, en tant que terroriste. Peut-être que si sa mère ne l'avait pas abandonné, il servait devenu quelqu'un d'autre. Qui sait, il aurait pu essayer la médecine, ou encore la mécanique. C'était des domaines auxquels il n'avait jamais payé attention. On lui avait laissé l'occasion de suivre des études, en même temps que son rôle de terroriste, mais il avait refusé. Il se voyait mal suivre des cours alors que son esprit était empli de catastrophes couvertes par des explosions assourdissantes et des piles de corps amassées au sol. Impossible à supporter psychologiquement, même pour un terroriste. Noah lapa en silence le contenu de son nouveau verre, que le serveur avait déposé en même temps que celui de Ga Ram. D'ailleurs, ce dernier lui fit une remarque concernant les noms de codes, qui fit ricaner tout bas le brun. C'était aussi une chose qu'il appréciait chez Ga Ram : lorsque qu'il lui envoyait une pique, ce dernier savait toujours lui renvoyer la balle, sans s'énerver ou quoi. « J'admets que je me dévoile tout seul. Mais c'est parce que je vois des fantômes, ce soir  » souligna-t-il en articulant intelligiblement chacun de ses mots, ses yeux sombres rivés sur le terroriste assis à coté de lui. La plupart des terroristes, surtout les nouveaux, pensaient bêtement que le terroriste qui travaillait sous le nom de code Firework était bel et bien décédé. Ce qui était bien bête : une peine de mort lancée officiellement mettait forcément en place une cérémonie de mort officielle. C'était quelque chose qui devait passer par tout les médias du monde, un moyen de dissuasion pour le reste du trafic terroriste. Les terroristes les plus expérimentés gardaient confiance, et disaient simplement que Firework se planquait, en attendant le bon moment pour revenir à la lumière du jour, pour sortir de l'ombre. Enfin, bref, tant qu'ils ne l'auront pas vu de leurs yeux vu, Ga Ram restera un homme mort. On ne croit que ce que l'on voit, comme on dit. La remarque du terroriste lui arracha un sourire amusé. « Je payais pas le loyer. Forcément, au bout d'un moment, ça a fait péter les câbles au proprio'. Tu crèche chez qui, toi, en attendant que les derniers événements se tasse un peu?  » s'enquit-il d'une voix curieuse. Il ne devait pas simplement habiter un appartement en ville, car les dossiers des habitants allaient fouillés un à un. Et qui sait, peut-être qu'un agent, un brigadier, comprendrait en voyant sa photo, ou même rien que son nom. Il y avait là-bas une faible poignée d'agents malins et espiègles, bien qu'ils ne soient pas nombreux. Dommage pour les terroristes, qui manquaient les frottis-frottas avec la brigade anti-terrorisme. L'action manquait de nos jours, surtout après la peine de mort adressée à Ga Ram. Les terroristes avaient reçus pour ordre de cesser, ou au moins de diminuer leurs opérations pendant quelques jours, rien que le temps de laisser les choses se calmer, maintenant que l'attention était portée sur eux. Le terroriste reprit une gorgée de sa boisson, avant de répondre qu'il ne risquait pas de disparaître de sitôt. Noah siffla d'un air satisfait à une telle réponse, levant à nouveau la main pour commander deux autres verres. Tout terroriste qui se respecte ne se laissait pas descendre aussi facilement, c'était la base voyons. Les mots de Ga Ram attirèrent son attention, et il reposa son verre, dans lequel il ne restait qu'un fond odorant d'alcool.   « Regarde-toi. Cette affaire t'a sérieusement amoché, tu le sais ça?  » dit-il, en gardant un air impassible au visage. Pour en venir à se perdre dans sa mélancolie, c'est qu'il y avait eu plus de dégâts que nécessaire. Les verres furent déposés sous leurs nez, et Noah poussa son propre verre en direction de Ga Ram, sentant que ce dernier en avait plus besoin que lui. « Bon. Et si tu te décidais à m'expliquer ce qui s'est passé? Comment t'as pu merdé comme ça, alors que d'habitude, tu t'en sors toujours?  » ▲ RIMBAUD

(c) AMIANTE



This is what we call a danger †
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't talk about love dude, I just want to sleep - ft. Yang Ga Ram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» I love America
» Love Hina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S O W  :: 
Around The World
 :: En ville ~ En guerre :: Bar
-